A quand la prochaine rencontre?!

Bonjour à tous !

L’arrivée des beaux jours donne des envies de sorties et de rencontres, mais pas toujours facile de faire coïncider nos plannings personnels depuis quelques temps. En dehors des activités virtuelles, les rencontres  » en vrai  » se font désirer 😉

Certains d’entre nous ont évoqué la possibilité de se retrouver en week-end, en famille pour ceux qui le souhaitent. Nous pourrions par exemple nous retrouver pour un pique-nique sur une plage et une partie de mölkky, ou une balade sur une île, ou toute autre activité en extérieur (n’hésitez pas à faire des suggestions en commentaire de cet article).

Le principal étant de trouver une date, je vous propose donc de répondre à ce Doodle afin de déterminer quand/si cela serait possible pour vous. Il y a des créneaux proposés sur les débuts d’après-midi et de soirées, pour les week-ends avant Midsummer, et aussi début août, vers la rentrée… On arrivera peut-être même à trouver plusieurs dates ! Les horaires et lieux seront à préciser ultérieurement.

Lien Doodle : https://doodle.com/meeting/participate/id/eXDO73Ve

À bientôt ! 🙂

Pâques : êtes-vous poules, oeufs, cloches, lapins ou friture en chocolat?

 

 

 

Pâques approche et comme à Noël, chacun d’entre nous renoue peut-être avec de bons souvenirs gustativo-affectifs, bref, en avant la régression …

Les pubs du chocolatier Petris’ chocolate, avec leurs poulettes en chocolat pastel me font craquer, les lapins de chez Lindt de mon Prisma local beaucoup moins. Et vous ?

Quant aux fameuses spécialités sucrées locales de Pâques, le mämmi et le pasha, avez-vous déjà goûté et apprécié ?

L’aspect de l’un ou de l’autre n’est certes pas très engageant, vous avez peut-être deviné celui qui a priori est le moins appétissant des deux …

Et pourtant … Peut-être me permettrez-vous de vous raconter comment j’en suis arrivée à aimer le mämmi, ce dessert mollasson et inesthétique.

J’étais solitaire en semaine, assez fraîchement arrivée dans une grosse bourgade en Finlande, un peu avant les fêtes pascales. La nature était encore grisâtre, le soleil était de l’autre côté de la planète, neige et glace s’attardaient  sur mon paysage mental.

Une sympathique nouvelle copine potentielle m’avait proposé de  venir déjeuner au café où elle travaillait, décoré comme il se doit par du rairuoho vert, une sorte de gazon d’appartement, que l’on sème à l’avance dans un récipient pour qu’il fournisse une belle mini-pelouse verte, symbole de joie et de renouveau.

Sisäkasvit – Sivu 14 – NEKOblogi

 

 

Surmontant mes préjugés, je dégustais donc cette spécialité en regardant le rairuoho placé sur le rebord de fenêtre à côté de moi et c’est là que j’ai ressenti un amour pour la Finlande car je comprenais soudain cette tradition.

Et après tout, ce goût de seigle, de malt, de mélasse, d’écorce d’oranges et de crème n’est pas si désagréable, au contraire. Aujourd’hui, je zappe la crème, c’est plus léger et tout aussi bon. Il s’agit d’une fantaisie que je peux me permettre, en tant qu’éternelle étrangère, dont personne n’espère plus l’intégration totale.

Par contre le pasha, dessert à base de fromage frais, de crème, de raisins secs et de citron ne m’a jamais touchée. Elle concerne peut-être plutôt la Finlande de l’Est orthodoxe …

Petit gâteau à la carotte prêt en quelques minutes

Pour se réchauffer avant Noël et après avoir bravé les frimas, le gâteau à la carotte version mug, avec ses épices,  est un petit délice à partager … ou pas.  On peut l’accompagner d’un café, d’un vin chaud, d’un chocolat chaud …

Cette recette ultra-rapide et inratable ne comporte de pas de quantités en grammes, mais seulement en cuillerées, pincées, etc. pour plus de liberté, voire de fantaisie …

Pour un gâteau à déguster à 2 ou seul version XL, mélanger dans 1 grand mug :

– 3 cuillerées à soupe de carotte finement râpée, soit l’équivalent d’une carotte épluchée assez petite.

– 4 cuillerées à soupe de farine   (j’ai mis 2/3 de farine de blé bio – vehnäjauho luomu- et 1/3 de mélange de farine sans gluten – gluteeniton jauhoseos). Selon vos besoins, vous pouvez par exemple mettre 100% de farine de blé ou de mélange de farines sans gluten.

– 1 cuillerée à soupe de sucre de canne en poudre (ruokosokeri) ou de « mélasse » (fariinisokeri)

– 1 pointe de cuillerée à café de levure chimique (leivinjauhe)

– 1 pointe de cuillerée à café de cardamome (kardemumma), une petite pincée de cannelle (kaneli), un trait de noix de muscade râpée (muskotti)

– 150 gr de mélange de noix (Saksan pähkinä), de noix de  macadamia et de pécan bien concassées. Vous pouvez tout mettre dans la pâte ou en garder un peu pour décorer le dessus.

– 2 cuillerées à soupe de lait (peut être remplacé par un équivalent vegan, par exemple par du lait d’avoine -kauramaito-)

– 1 cuillerée à soupe d’huile de colza (rypsiöljy) ou autre huile au goût neutre.

Mettez la préparation au micro-ondes à 700 W environ 1 à 2 minutes, en fonction de votre micro-ondes et du type de gâteau plus ou moins moelleux que vous préférez.

Ajoutez du rahka ou du fromage blanc battu, sucré ou non,  sur le gâteau. C’est prêt. Sur la première photo, c’est du « tuorejuusto » genre Philadelphia mais aujourd’hui, j’ai ajouté une bonne cuillerée à soupe de rahka (sorte de fromage blanc, comme le Qvark allemand) bio battu avec un soupçon de miel (hunaja).

On peut démouler le gâteau avant de le décorer à condition d’avoir la patience d’attendre quelques minutes …. Très gourmande,  je n’ai pas encore essayé.

J’adore les gâteaux en mug car ils permettent d’obtenir rapidement un petit dessert, de faire participer les membres de la famille  : à chacun son mug et son gâteau, ou à chacun une tâche comme râper les carottes, concasser les noix …

Et pas de risque de faire un trop gros gâteau mangé trop vite et qui nous resterait … sur l’estomac par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glace maison vite faite sans sorbetière

 

La canicule suscite une envie de glaces : voilà une recette ultra-simple, rapide, végane, sans produits chimiques ni sucre en quantité excessive, à faire éventuellement avec les petits.
Pour 4 glaces, prenez :
– 2 bananes. Si elles sont bien mûres, inutile de rajouter du sucre en poudre, le sucre n’étant pas indispensable du tout à mon avis.
– 1 cuillerée à soupe rase de chocolat en poudre, si possible à forte teneur en cacao (j’aime bien la marque Fazer ögon)
Ecrasez bien les bananes ou passez-les au mixer. Rajoutez le cacao. Mélangez puis verser dans 4 petites tasses à café ou 4 petits verres de votre choix.
2 heures au congélateur suffiront pour obtenir vos glaces. Si vous attendez encore 1 heure ou 2, soit en tout 3-4 heures de congélation, la glace sera bien dure.

Balade et Pique-nique à Seurasaari Mardi 8 juin

Bonjour aux petits et aux grands !

Je vous propose de nous retrouver pour un pique-nique et une petite promenade/visite à Seurasaari pour ceux qui le souhaitent, tout en respectant les mesures de sécurité liées au Covid.

Il est possible de visiter le musée de 11h à 17h et de se promener sur cette île.
Infos sur le musée en plein air ici .

Bus Numéro 24 dernier arrêt, voir infos complémentaires ici.

Il y a un endroit où il est possible de manger, il y a des tables, de quoi faire griller et des WC.

 

Je propose que l’on se retrouve le Mardi 8 juin 2021

 

RDV sur le parking avant le pont blanc à 10h30 pour la marche
et / ou
RDV sur l’air de Pique-nique (tables + bancs + grill) à 12h

 

La visite du musée peut se faire après, de manière individuelle.

Merci de confirmer votre participation lundi soir, au plus tard.

A très bientôt !

 

Leave this field blank

 

Le jour de Runeberg et ses petits gâteaux

J. L. Runeberg par A. Edelfelt, 1893

Runebergin päivä, le 5 février

Le mois de février est un mois symbolique pour la culture finlandaise, un mois ou l’on se régale aussi.

Tout d’abord, qui est Johan Ludwig Runeberg ?

C’est un poète, un écrivain et un journaliste, dont le travail est considéré comme crucial pour la culture du pays. Le jour consacré à ce poète, le 5 février, est un jour ou est hissé le drapeau national.

Il est né à Pietarsaari dans une famille suédophone. Son père était capitaine.

Il étudia le grec et le latin à l’université de Turku et travailla en tant que professeur à domicile pour payer ses études. Il s’intéressa à la guerre de Finlande (1808-1809), s’entretint avec des vétérans, ce qui influença son œuvre. Il acheva son master en philosophie en 1827.

Il devint ensuite lecteur à l’université d’Helsinki et enseigna au lycée d’Helsinki. Il se maria avec Fredrika Tengström dont il eu huit enfants, six seulement survécurent.

A Helsinki, il travailla au « Helsingfors Morgonblad » (« Helsingin Aamulehti ») entre autre, en qualité de critique littéraire. Il fut membre actif de la « Lauantaiseuran toiminta », un club ou les lettrés se réunissaient pour parler de politique, d’art et de philosophie. Cette association comprenait des membres célèbres, tels Elias Lönnrot et J. V. Snellman.

Il emménagea à Porvoo en 1837 ou il travailla en tant qu’enseignant en langue et par la suite, en tant que directeur du collège. En 1839, le Tsar lui octroya une pension à vie et il fut gratifié de la médaille d’or de l’Académie de Suède ainsi que les insignes des chevaliers nordiques et de Russie.

Runeberg fut victime d’un AVC en 1863 et mourut le 6 mai 1877.

Runeberg était comme la plupart des hommes influent de son époque, marqué par le romantisme dont les thèmes principaux étaient l’amour, l’amour de la patrie, les voyages, les épopées dans les pays lointains, l’histoire, la vie des peuples. La nature a joué un rôle important et les phénomènes naturels ont été utilisés pour décrire les émotions les plus profondes de l’homme.

Et maintenant, la recette de Frederika

runeberin tortut, DR

Ingrédients, pour 6 parts :

  • 150 gr de beurre ou de margarine
  • 1 dl de sucre
  • 1dl de sucre farine (fariinisokeri en finnois, je crois de la traduction exacte est : cassonade)
  • 1 ½ dl de farine de blé
  • 1 ½ dl de chapelure ou si vous avez des restes de petits gâteaux au gingembre (piparkakku en finnois)
  • 1 ½ cuillère a thé de poudre levure
  • 2 œufs
  • 1 dl de crème ou de lait
  • 1 dl d’amande en poudre

pour humidifier :

  • 1/2 dl de rhum ou punch
  • 1/2 dl d’eau
  • 2 cuillère à soupe de cassonade

Décoration : Marmelade de framboise

Glaçage, préparation :

      • Enduire de beurre et de chapelure les moules ou des tasses pouvant aller au four (contenance: 1 ½ dl)
      • Faire ramollir la margarine ou le beurre , le sucre et la cassonade
      • Ajouter les œufs a température de la pièce un par un
      • Mélanger les produits secs entre eux et rajouter lentement le précédent mélange
      • Rajouter la crème en mélangeant rapidement
      • Mettre le mélange dans les tasses à café, ou dans les moules
      • Faire cuire à 200° durant 20-25 min.
      • Préparer le rhum , l’eau et la cassonade dans une casserole et faire chauffer jusqu’à ce que le sucre se soit bien dilué
      • Verser la préparation sur les gâteaux tiédis et laisser les gâteaux s’imbiber jusqu’au lendemain
      • Démouler et servir
      • Décorer avec la marmelade et entourer de glaçage

Recette et tradition de la chandeleur

Un peu tard peut être mais qu’a cela ne tienne, des crêpes, nous pouvons en manger les autres jours ! Mais d’où vient cette tradition de la chandeleur ?

Les crêpes de la Chandeleur, c’est aujourd’hui… et Dieu sait que c’est bon 😉

En fait à l’origine, il s’agit comme bien souvent dans notre calendrier rythmé par les gourmandises d’une fête religieuse, la Candelousa, ou la Fèsta de las Candelas, la fameuse fête des cierges bénits que traditionnellement on portait en ce 2 février en procession à travers les rues de nos villes et villages.

Faut-il y voir un héritage des fêtes païennes du soleil, qui avait lieu dans ces eaux-là, ou encore un rappel de la fête de Nostra Dona de la Candelousa, pendant laquelle on bénissait également les fameuses navetas, pâtisserie populaire en forme de petites barquettes parfumées à l’anis ou à la fleur d’oranger, qui rappelaient l’embarcation qui conduisit Lazare et les trois saintes sur notre rivage des Saintes-Maries ?

Toujours est-il que cette fête était très importante pour nos prédécesseurs. En ce 2 février, nos ancêtres avaient pour coutume de procéder à la bénédiction des chandelles de couleur verte qui étaient sensées protéger les membres de la famille lors des colères divines qui se manifestaient sous forme d’orages et de grêles.

Alors si aujourd’hui vous n’allez pas bénir votre cierge pour vous protéger des attaques du ciel, n’hésitez pas quand même à vous plier au plaisir de faire sauter les crêpes, une pièce d’or dans la main libre, comme le veut la tradition, pour vous assurer de l’argent toute l’année.

Voici une recette de crêpes toute languedociennes, bien généreuse, relevée dans l’exceptionnel ouvrage « La cuisine secrète du Languedoc Roussillon » d’André Soulier, un gourmet que j’ai bien connu.

Alors voila sa recette des crêpes à la cévenole qui lui avait transmise par Georges Comingre, un marchand des Halles Castellanes de Montpellier :

    « Pour la pâte à crêpes, mettre dans une terrine :

  • 500 g de farine tamisée, un soupçon de sel et 200 g de sucre en poudre.
  • Ajouter une demie gousse de vanille et incorporer un à un, et en travaillant à la cuillère en bois, 8 œufs entiers et 4 jaunes.
  • Verser ensuite 750 ml de lait et de 2 cuillerées de crème fraîche, un demi petit verre d’aïgueardente et 25 g de beurre légèrement bruni au feu.
  • Laisser reposer le temps de préparer l’accompagnement, la pâte de marrons au naturel.
    Pour la pâte de marrons au naturel :

  • Ecraser 300 g marrons nature que l’on aura fait bouillir. Sucrer, mettre une cuillère crème fraîche, 2 cuillerées de la même eau-de-vie et pétrir jusqu’à obtenir une pâte dont on tartinera les crêpes confectionnées au fur et à mesure ».

Je ne peux que vous conseiller de les accompagner d’un verre de clairette d’Adissan,  ou d’un muscat, pour quoi pas celui purement exceptionnel du Clos de Miège, sur ses terres de Vic-la-Gardiole.

Et n’oubliez pas que s’il fait beau pour la chandeleur, l’hiver dure quarante jours de plus… Alors vous voilà prévenus

Bon appétit à tous… Amitiés…

(emprunté sur la page Patrimoine/Montpellier)

Recette de pain rapide

En mars dernier, j’ai décidé de faire mon propre pain. Les quatre kilomètres qui me sépare du village et le confinement m’ont incité à redécouvrir une tradition ancestrale. Mais je n’avais pas envie d’y passer la journée 😉

J’ai cherché sur le net et testé diverses recettes pour finir par mettre au point celle que je vous présente ci-dessous. Le but était de réduire le temps passé réellement à la fabrication et avoir une réalisation la plus simple possible.

Après avoir testé différents moules, j’ai choisi les moules en silicone sans bisphénol qui supportent les fortes températures. Le démoulage du pain y est facile et le lavage des moules aussi. Bien vérifier la température limite d’utilisation et préférer ceux fabriqués en Allemagne, la règlementation y est plus stricte. Si les moules ne sont pas en silicone, il est indispensable de les beurrer ET de les fariner.

Farine bio, levure lyophilisée et sel de Guérande

La recette est donnée pour une dose unitaire de 125g de farine qui donne approximativement un pain de 200g. Il faut préférer la farine T55 à la farine pour pâtisserie T45 car elle contient plus de minéraux.

J’utilise personnellement de la farine bio T65 (blanche) ou de la T110 (semi complète) de blé et de seigle, pure ou en mélange. Le seigle est un peu moins panifiable que le blé. J’y ajoute parfois du son d’avoine bio. ATTENTION, l’avoine n’est quasiment pas panifiable, ne pas dépasser 20 % du total.

Ingrédients, base 125 g de farine
  • 125 g de farine.
  • 2,5 g de levure de boulangerie lyophilisée ou 6 g de levure fraîche.
  • 1,5 g de sucre en poudre.
  • 2,5 g de gros sel de Guérande (humide) ou 2 g de sel fin sec.
  • de 100 g à 120 g d’eau : plus il y a d’eau, plus le pain va lever mais plus la pâte sera collante et liquide au pétrissage.

En général j’utilise pour 4 pains bien levés :

  • 110 g d’eau et 125 g farine ⇒ 1,25 kg de farine (multiple 10) ⇒ 2,4 kg de pâte ⇒ 4 pâtons d’environ 600 g ⇒ 4 pains de 500 g

La levure fermente

Recette
  • L’eau doit être à 30°C.
  • Dans un récipient, bien mélanger la levure avec 1/2 volume de l’eau et le sucre et laisser reposer 15 minutes, le mélange fermente.
  • Dans un autre récipient ajouter le reste de l’eau et le sel et mélanger.
  • Dans le pétrin, bien mélanger les diverses farines si besoin. Faire un puits et ajouter les eaux avec levure et sel.
  • Pétrir pendant 5 minutes avec une grosse cuillère et à la main si nécessaire pour bien mélanger le tout, mais cela colle !
  • Répartir en parties égales la pâte dans les moules pour faire les pâtons.

Les pâtons dans les moules avant levage

Levage des pâtons
  • Mettre dans le lèchefrite du four un bol ou une assiette d’eau chaude.
  • Enfourner sur la plaque centrale les moules contenant les pâtons.
  • Chauffer le four 10 minutes sans préchauffage à 50°C puis attendre une heure. Recommencer l’opération si la pâte n’a pas encore doublé de volume.

Les pains sont cuits !

Cuisson
  • Sortir la plaque supportant les moules, laisser le bol dans le lèchefrite et préchauffer le four à 250°C.
  • Enfourner les moules et cuire pendant 30 à 35 minutes à 250°C. En fonction des fours, il est possible de réduire à 225°C au bout de 15 minutes si le pain s’avère trop cuit en surface.
  • Sortir du four et rapidement démouler les pains des moules pour que les pains « respirent ». Recouvrir d’un torchon le temps qu’ils refroidissent.

À déguster chaud sans modération 🙂

Avant la mise dans le sac à  congélation, pain à la farine blanche bio T65 seule.

Je fais en général quatre pains par fournée. J’en garde deux frais et je coupe en tranches les deux autres et les mets au congélateur. Une fois les deux premiers consommés, en fonction du besoin, je décongèle les tranches au grille-pain. Pain croustillant et non rassis garanti en permanence ! 🙂

ANNULATION Pique-nique Lundi 29 juin

ANNULATION du Pique-nique de demain pour cause de météo incertaine (pluie et vent)
Je vous propose de reporter à la fin juillet/ début août avant la reprise.
Bel été.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Rdv donc lundi 29 juin à Seurasaari avec votre pique-nique, de quoi vous asseoir au cas ou les tables seraient prises…..

Je vous propose de se retrouver à 11h30 au niveau des tables et du grill…..en oubliant pas les consignes de prudence liées au Covid.

Merci de confirmer votre venue dimanche soir au plus tard au cas ou la météo nous obligerait à annuler……

Beau weekend et à lundi !

 

 

Leave this field blank

Bus numéro 24 depuis Helsinki.

Pique-nique à Seurasaari

Bonjour aux petits et aux grands !

Je vous propose de nous retrouver pour un pique-nique et une petite promenade/visite à Seurasaari pour ceux qui le souhaitent, tout en respectant les mesures de sécurité liées au Covid.

Il est possible de visiter le musée de 11h à 17h et de se promener sur cette île. Infos sur le musée en plein air ici .

Il y a un endroit où il est possible de manger, il y a des tables de quoi faire griller et des WC.

Je propose que l’on se retrouve un midi de la semaine 21, c’est à dire du 29 juin au 3 juillet….. avant les vacances. La date sera précisée un peu plus tard en fonction de la météo. La marche peut se faire avant le repas et la visite après.

A très bientôt !