C’est à vous !

Bonjour à tous !

C’est le moment de proposer les livres pour la prochaine saison de notre club de lecture !

Notre dernier rendez-vous lecture de la saison 2020-2021 est le vendredi 28 mai et il est indispensable d’avoir une réunion supplémentaire avant les vacances pour choisir les livres de la saison 2021-2022.

Réunion vendredi 21 mai à partir de 10h (Helsinki).

La réunion se fera par l’intermédiaire de Zoom pour tous ceux qui ne pourront pas se déplacer et en présentiel si cela est possible à cette date. Les précisions seront envoyées ultérieurement par email à tous les inscrits.

La participation au club de lecture est ouverte à tous et si vous voulez partager vos impression sur le livre au programme du jour, il est recommandé de l’avoir lu préalablement, du moins en partie ! 😉

Par contre, la possibilité de proposer des livres pour la saison 2021-2022 est réservée à tous ceux qui ont déjà participé au moins une fois à notre club de lecture et qui s’engagent à participer à la prochaine saison.

Vous pouvez présenter plusieurs livres mais vous devez les avoir déjà lus ! Il faudra préciser pendant la réunion du vendredi 21 ce qui vous a amené à les proposer au groupe pour nous aider dans nos choix.

Afin d’éviter d’éparpiller les propositions, faites toutes vos recommandations dans les commentaires de cet article. L’ajout de la quatrième de couverture est un plus.

Vous avez trois semaines pour faire vos propositions dans les commentaires,
date limite Vendredi 21 mai ! 🙂

 

Rappel pour l’atelier lecture du 23 avril

RAPPEL

Le prochain Atelier Lecture se déroulera chez vous via l’application Zoom

Vendredi 23 avril à partir de 10h (Helsinki)

Pour participer à l’atelier, cliquez à 10h sur ce lien. Il vous mettra en relation vidéo avec les participants via votre smartphone, tablette ou ordinateur.

Tanguy Viel, Article 353 du code pénal, Les Editions de Minuit, 2017

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d’être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l’ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.

Spoiler 1 : ce livre n’est pas un ouvrage de yoga. Détendez-vous !

Spoiler 2 : si vous êtes tenté de commencer par la fin, inutile de vous donner la peine d’aller à la dernière page. L’auteur a fait le travail pour vous. L’histoire commence par la fin.

Spoiler 3 : la Bretagne est souvent décrite comme un monde de taiseux. Alors, lorsqu’un homme parle, on l’écoute. Silence !

Bonne lecture !

Prévenez-nous de votre future présence en remplissant ce formulaire. À vendredi !

Atelier lecture du 23 avril

Le prochain Atelier Lecture se déroulera chez vous via l’application Zoom

Vendredi 23 avril à partir de 10h (Helsinki)

Pour participer à l’atelier, cliquez à 10h sur ce lien. Il vous mettra en relation vidéo avec les participants via votre smartphone, tablette ou ordinateur.
Idéalement (ou conformément aux nouvelles règles de fonctionnement de l’atelier), vous aurez lu l’ouvrage suivant :

Tanguy Viel, Article 353 du code pénal, Les Editions de Minuit, 2017

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d’être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l’ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.

Spoiler 1 : ce livre n’est pas un ouvrage de yoga. Détendez-vous !

Spoiler 2 : si vous êtes tenté de commencer par la fin, inutile de vous donner la peine d’aller à la dernière page. L’auteur a fait le travail pour vous. L’histoire commence par la fin.

Spoiler 3 : la Bretagne est souvent décrite comme un monde de taiseux. Alors, lorsqu’un homme parle, on l’écoute. Silence !

Bonne lecture !

Prévenez-nous de votre future présence en remplissant ce formulaire. À vendredi !

Atelier lecture vendredi , le 19 mars 2021

Bonjour à toutes et à tous,

Le prochain Atelier Lecture aura lieu en virtuel via l’application Zoom le

vendredi 19 mars à partir de 10h (Helsinki)

Pour participer à l’atelier, cliquez à 10h sur ce lien. Il vous mettra en relation vidéo avec les participants via votre smartphone, tablette ou ordinateur.

C’est bien dommage que nous ne puissions nous retrouver chez moi pour cet Atelier Lecture car le 20 mars, c’est le nouvel an perse ou Norouz avec ses traditions.

Je ne pourrai pas non plus vous montrer différents livres alors voici quelques photos pour documenter la discussion :

Konya en Turquie
Vue du musée Mawlana (Rumi)
Portrait de Rumi
Portrait de Shams de Tabriz
Mausolée de Shams de Tabriz
Tombe de Shams de Tabriz
Derviches dansant le Sema

4ème de couverture :
Ella Rubinstein a en apparence tout pour être heureuse : une jolie maison dans le Massachusetts, trois beaux enfants, un chien fidèle. Mais, à l’aube de ses quarante ans, elle se demande si elle n’est pas passée à côté d’elle-même. Les infidélités de son mari ne sont plus un mystère et les cours de cuisine du jeudi ne suffisent plus à exalter sa vie monotone. Décidée à reprendre une activité professionnelle, elle est engagée comme lectrice par un agent littéraire. Sa première mission : rédiger une note sur un manuscrit signé Aziz Z. Zahara. Ce roman, qui retrace la rencontre entre le poète Rûmi et le plus célèbre derviche du monde musulman, Shams de Tabriz, va être une révélation pour Ella. Au fil des pages, elle découvre le soufisme, le refus des conventions et la splendeur de l’amour. Cette histoire se révèle être le miroir de la sienne. Aziz – comme Shams l’a fait pour Rûmi sept siècles auparavant – serait-il venu la libérer ?

 

Pour aller plus loin, quelques suggestions de livres:
Par Ǧalāl al-Dīn Rūmī
• Mathnawî. La quête de l’Absolu
• Rubâi’yât
• Odes mystiques
• Le Mesnevi
• Soleil du Réel. Poèmes d’amour mystique
• Cette lumière est mon désir. Le Livre de Shams de Tabrîz
• Odes mystiques, Les travaux de Shams de Tabriz

Par Shams de Tabriz
• La Quête du Joyau

Par Anne-marie Schimmel
• L’incendie de l’âme

Par Michel Random
• Rumi, La Connaissance et le Secret
• Le Soufisme et la Danse

Par Nahal Tajadod
• Roumi le brûlé
• Chants d’amour de Rûmi
• Sur les pas de Rûmi
• L’affamé : les dits de Shams de Tabriz

 

Au plaisir d’entendre vos commentaires et remarques via Zoom
A vendredi et très belle semaine.

 

Du domaine des Murmures


Carole Martinez, enseignante de français en congé de maternité, commence en 2005 la rédaction de son premier roman « Le Cœur cousu », inspiré des histoires racontées par sa grand-mère. Publié en 2007 à  seulement 3000 exemplaires, le bouche-à-oreille des libraires le fera connaître. Il recevra trois prix, dont le prix Renaudot des lycéens.

Son deuxième roman « Du domaine des Murmures », nominé au Goncourt 2011 et qui obtiendra finalement le prix Goncourt des lycéens, était au programme du vendredi 12 février de l’atelier lecture des francophones d’Helsinki. Continuer la lecture de « Du domaine des Murmures »

Atelier lecture le vendredi 12 février 2021

Bonjour à toutes et tous !

En cette période de relatif confinement, quoi de plus opportun que la découverte d’un univers magique, celui des recluses du Moyen-Age, restitué dans la langue d’aujourd’hui par l’enchanteresse Carole Martinez dans son roman « Du domaine des Murmures » paru en 2011.

En filigrane, il y sera question du peu de place laissé aux femmes au 12ème siècle, à la violence et à la spiritualité de cette époque lointaine. Mais avant tout, ce roman de 220 pages est palpitant, touchant, ébouriffant voire décoiffant.

Au programme également le polar de l’inénarrable et facétieuse chercheuse et auteure de polar Fred Vargas, « Quand sort la recluse », dont l’excellente adaptation pour la télévision, d’une durée de 3 heures, est probablement disponible sur YouTube.

À vendredi 12 février, 10 heures (UTC+02:00) !

Cliquez sur le lien pour participer à la réunion Zoom

mot de passe: murmures

État de l’édition française en 2020

Un condensé de plusieurs articles d’E. Sutton parus sur idboox.com.

En 2019, environ 80 mille livres imprimés ont été déposés à la BnF dont 20 % en autoédition. Depuis 10 ans avec l’arrivée du « Kindle » et des services d’impression à la demande, le dépôt légal de l’autoédition a plus que doublé, et c’est sans compter les livres numériques non-imprimés et ceux des auteurs qui ne déposent pas leurs livres à la BnF ! 60% des livres reçus sont dans les catégories littérature et art, 21% en philosophie, histoire et sciences de l’homme, 10% en Droit, économie et politique et 9% en sciences et techniques. Les chiffres 2020 ne sont pas encore connus.

En 2020, malgré les confinements et la fermeture des librairies il n’y a pas eu d’effondrement des ventes de livres. La baisse par rapport à 2019 n’est que de 2% et cette estimation ne tient pas compte des ventes de livres numériques. D’après le Président du Syndicat national de l’édition, il y a une grande disparité. Le parascolaire fait +4%, la BD +6% et la littérature -0,4% alors que d’autres segments sont gravement touchés comme les guides de voyage qui ont baissé de 50%, résultat logique avec le confinement. Continuer la lecture de « État de l’édition française en 2020 »

HHhH, ce soir 24.01.21 sur France 2

« Himmlers Hirn heißt Heydrich » surnom donné par les SS à ce dernier. Le cerveau de Himmler s’appelle Heydrich.

Pour ceux qui n’ont pas encore lu « HHhH » de Laurent Binet et qui on accès à France 2 en Finlande, le film de Cédric Jimenez (2017) passe ce soir sur la chaine de la TNT à 21h05 heure française. C’est un thriller intense sur la vie de Reinhard Heydrich, monstre exterminateur nazi et sur l’engagement de jeunes résistants qui organisèrent son assassinat, l’opération Anthropoid, à Prague en mai 1942.

Institut Français de Finlande, Helsinki 11.05.2017 – de gauche à droite : Laurent Binet, écrivain; Jeannette Bougrab, directrice de l’Institut ; Serge Mostura, Ambassadeur de France en Finlande

En mai 2017, à l’Institut Français de Finlande, Laurent Binet avait présenté son roman « la septième fonction du langage » à l’occasion de sa traduction en finnois. Prix Fnac et Interallié 2015, ce roman est une quête policière qui agite tout la sphère politique et intellectuelle française à la recherche d’un texte disparu consacré à une mystérieuse septième fonction du langage.

Cette fonction donnerait le pouvoir à celui qui la possède de convaincre toute personne, quel que soit le propos déclaré. Et il semble que Mitterrand en aurait profité en 1981 😉

La présentation par l’auteur de son roman et son enthousiasme m’avait donné l’envie de le lire. Selon ses propos, son intention était comme dans son premier roman « HHhH », de mélanger la réalité et la fiction et de s’interroger sur les interactions produites. J’ai présenté ce livre à l’atelier lecture, en février 2018.

Pour « HHhH » publié en 2010, Laurent Binet a obtenu le prix Goncourt du premier roman, roman qui fera partie des livres majeurs de l’année 2012 pour le New York Times et qui sera adapté au cinéma en 2016.

Pour les inconditionnels de Laurent Binet, son dernier roman « Civilizations », paru chez Grasset en 2019 et qui a obtenu le Grand Prix du roman de l’Académie française, est disponible en numérique à 4,99€ à la boutique Kobo. Ce roman est une l’uchronie, à la manière du « Maître du Haut Château » de Philip K. Dick.

L’histoire se déroule sur plusieurs siècles et établit que les conquistadors espagnols n’ont jamais trouvé les Amériques. À l’inverse, l’empereur inca Atahualpa débarquera en Europe en 1531 et y assoira son pouvoir…

Acheté avant-hier, je n’ai pas encore commencé sa lecture 😉
À bientôt !

Arsène Lupin avec Omar Sy, un véritable hold-up

Photo 20minutes.fr – Netflix

La nouvelle série française sur Netflix devrait atteindre les 70 millions de vues d’ici fin janvier. Plus d’un tiers des abonnés dans le monde de cette entreprise de diffusion vidéo auront regardé « Arsène Lupin » un mois seulement après sa sortie.

Le plus extraordinaire c’est que la série TV boostent les ventes d’Arsène Lupin gentleman cambrioleur, une suite de romans de Maurice Leblanc écrits au début du XXe siècle autour de son personnage. En deux semaines, la totalité des exemplaires édités en Livre de Poche vendus habituellement sur l’année ont été achetés. Les éditions Hachette ont dû lancer plusieurs réimpressions et c’est plus de 60 000 exemplaires qui ont été mis en vente en janvier !

Arsène Lupin est moins connu mondialement que Sherlock Holmes et pied de nez à Arthur Conan Doyle, le personnage de ce détective anglo-saxon apparaît sous le nom de Herlock Sholmès dans plusieurs histoires de Maurice Leblanc.

Arsène Lupin a pris une grande place dans mes premières lectures post-enfance contrairement aux romans d’Arthur Conan Doyle dont j’avoue n’avoir lu que le Chien des Baskerville. J’ai dévoré par contre au fil de l’adolescence l’intégralité de l’œuvre de Maurice Leblanc, mon origine normande y a certainement contribué.

Du Havre, j’ai parcouru lors de nombreuses balades tous ces lieux que l’on retrouve dans les romans de Maurice Leblanc. Lui même natif de Rouen et habitant Étretat, cet éternel amoureux de la Seine-Inférieure – Seine-Maritme aujourd’hui – avait comme amis, Guy de Maupassant et Gustave Flaubert, tous deux haut-normands et chantres comme lui de cette belle région.

Je me souviens encore des balades à vélo puis en mobylette avec les amis du Lycée, pour aller à Étretat voir « l’Aiguille Creuse ». La montée vers Sainte-Adresse puis Octeville-sur-Mer où il fallait pédaler dur même avec le moteur, puis la longue traversée sur la falaise, très souvent ventée, avant l’arrivé au Tilleul, dernier village précédant la descente sur Étretat, une heure et demie plus tard.

L’Aiguille creuse et la Porte d’Aval, Étretat et son port sont dans l’anse derrière l’arche.

Et enfin l’arche, la Porte d’Aval et derrière, l’Aiguille. Nous étions Arsène Lupin, alias Louis Valméras ou Isodore Beautrelet le détective si ce n’est Herlock Sholmès ou encore l’inévitable et récurrent Ganimard, le flic de service..

Alors n’hésitez pas ! Plongez vous au cœur de la Normandie du début du XXe siècle et partagez les aventures de ce gentleman cambrioleur. Vingt-deux romans ou recueils de nouvelles – à l’exception de deux ouvrages posthumes – ont été publiés avant 1940 et sont donc libres de droits.

Vous pouvez les trouvez gratuitement sur internet au format epub, mobi ou pdf à lire sur liseuse, tablette ou téléphone. Et si vous préférez les livres papiers, ils sont accessibles à petits prix, du fait que ces œuvres sont dans le domaine public.

Bonne lecture !

Les Atrides

Dans la mythologie grecque, les Atrides sont les descendants d’Atrée. Le destin des Atrides fut marqué par le meurtre, le parricide, l’infanticide et l’inceste. Seule Athéna interrompit le cycle de la violence en faisant juger Oreste, le matricide, sur la colline de l’Aréopage, par le premier tribunal criminel de la cité d’Athènes.

Le mythe

Atrée et Thyeste, deux frères, sont les petits-fils de Tantale et les fils de Pélops (deux hommes maudits pour leurs crimes). Après avoir assassiné leur demi-frère Chrysippe, Atrée et Thyeste durent s’enfuir à Mycènes. Les deux frères se disputèrent le pouvoir, la succession au trône ayant été ouverte. Chacun imagina les barbaries les plus lâches pour éliminer l’autre. Ainsi Thyeste, aidé par sa belle-sœur Érope, vola une toison d’or à Atrée et demanda que celui qui la posséderait fût choisi comme roi.

Atrée, ignorant le larcin et sûr de sa victoire, accepta la proposition. Mais il fut averti par le dieu Hermès dans un rêve ; il suivit son conseil et déclara que si le soleil renversait sa course il serait proclamé roi. Alors le soleil se coucha à l’est et Atrée devint roi de Mycènes.

Ayant appris la trahison de sa femme, il imagina alors les persécutions les plus cruelles contre son frère. Il invita Thyeste à un banquet et après avoir massacré ses enfants, il les lui servit comme plat au cours du repas. Thyeste, chassé, se réfugia alors à Sicyone où, sur les conseils d’un oracle, il viola sa propre fille Pélopia. Celle-ci ne connaissait pas l’identité de son violeur, et garda pour seule preuve l’épée de Thyeste. Elle eut de lui un fils, Égisthe. Pélopia épousa ensuite son oncle Atrée. Égisthe fut élevé par son oncle Atrée, sans connaître la véritable identité de son père. Atrée, une fois Égisthe adulte, confia à ce dernier le soin de tuer Thyeste. Mais ce dernier vint à la rencontre de Pélopia et d’Égisthe. Reconnaissant son épée il avoua à sa fille être le père d’Égisthe. Pélopia se suicida et Égisthe retourna à Mycènes pour tuer Atrée et rendre le royaume à son père. Après le meurtre d’Atrée, Égisthe régna avec Thyeste.

Les deux fils d’Atrée, Agamemnon et Ménélas, s’exilèrent à Sparte. Ils y levèrent une armée. Agamemnon épousa Clytemnestre après avoir tué le premier mari de celle-ci, Tantale, fils de Thyeste. Elle lui donna trois filles et un fils. Ménélas épousa la sœur de Clytemnestre, Hélène.

Iphigénie menée au sacrifice.

Le meurtre d’Agamemnon.

À la suite de l’enlèvement d’Hélène par Pâris, Agamemnon résolut de venger Ménélas. Il fut choisi pour diriger l’expédition contre Troie. Il se vanta d’avoir tué une biche avec une si grande adresse que même la déesse de la chasse, Artémis n’aurait pu l’égaler. Pour se venger, la déesse interdit au vent de souffler sur le navire grec et empêcha de ce fait l’expédition. Un devin déclara que seul le sacrifice d’Iphigénie pourrait apaiser Artémis. Agamemnon fut contraint de conduire sa fille au sacrifice, mais celle-ci fut sauvée par Artémis sans que personne ne s’en rende compte et devint grande prêtresse de cette déesse.

Cassandre, après la guerre de Troie, fut la captive et l’amante d’Agamemnon. Elle le supplia de ne pas retourner dans sa patrie car elle prévoyait les funestes desseins de Clytemnestre ; mais Cassandre était condamnée par un sortilège divin à ne jamais être crue. Agamemnon ne la crut donc pas. Clytemnestre avait pris Égisthe pour amant et prépara avec lui le complot qui devait mettre fin aux jours d’Agamemnon, qui, pensait-elle, avait mis à mort Iphigénie. Celui-ci rentra chez lui et eut un accueil hypocritement bienveillant de la part d’Égisthe et de Clytemnestre ; ils lui préparèrent un bain et le tuèrent quand il se trouva en train de mettre sa toge, dont Clytemnestre avait cousu les manches, pour le priver de l’usage de ses mains. Cassandre et ses deux nouveau-nés, fils d’Agamemnon, subirent le même sort.

Oreste, le fils d’Agamemnon, n’était qu’un enfant quand son père fut assassiné ; il se réfugia chez un oncle. Parvenu à l’âge adulte, il voulut venger son père. Il se rendit en secret à Mycènes et massacra Égisthe et Clytemnestre, avec l’aide de sa sœur Électre. Ces meurtres frappèrent d’horreur les dieux, qui tourmentèrent Oreste jusqu’à la folie. Poursuivi par les Érinyes, déesses de la vengeance, il se réfugia à Athènes, où il fut jugé par le tribunal de l’Aréopage et acquitté de son meurtre grâce à Athéna. Puis il se purifia à Delphes, et la Pythie lui dit qu’il serait définitivement guéri en allant chercher la statue d’Artémis en Tauride. Là, sur le point d’être sacrifié comme étranger, il fut reconnu par Iphigénie. Celle-ci s’enfuit avec lui en lui livrant la statue. De retour à Mycènes, il prit possession du royaume de son père Agamemnon, puis enleva et épousa Hermione. Il mourut paisiblement à un âge avancé.

Généalogie