Atelier lecture du vendredi 20 août

Vendredi 20 août – 10h00 (Helsinki)

Reporté au 27 août

Fille de l’eau de Emmi Itäranta est l’un des deux livres au programme de cette première session de l’atelier lecture de la nouvelle saison 2021 – 2022.

Paru en 2012, c’est un roman d’anticipation se déroulant en Laponie au siècle suivant.

La montée des eaux a envahi le sud de la Finlande, un grand pays asiatique domine la Laponie, la Suède et la Norvège ne sont plus habitables, les humains manquent cruellement d’eau douce.

Etrangement, le roman, traduit dans de nombreuses langues a été publié en France dans la catégorie jeunesse, ce qui n’est le cas dans aucun autre pays.
Il s’agit d’une dystopie qui permet d’éprouver une réelle empathie pour ceux qui souffrent déjà de pénuries en tout genre et/ou qui vivent dans une dictature.

Emmi Itäranta, la quarantaine, écrit ses livres au charme hypnotique en finnois et en anglais. Elle vit actuellement en Angleterre et manie le finnois avec un art inouï. Son héroïne principale est une très jeune femme, dernière d’une lignée de maîtres de thé – lien inattendu et bienvenu avec nos lectures japonaises. Et attention : l’intrigue pourrait vous captiver et vous inciter à lire plus que de raison.

L’auteure a déjà publié deux romans depuis Fille de l’eau. Espérons que le dernier, traitant de l’avenir de l’humanité … sans oublier la Laponie, sera bientôt traduit en français.

L’Humanité disparaîtra, bon débarras ! d’Yves Paccalet est Le second livre au programme du vendredi 20 août.

L’espèce humaine provoque des bouleversements irréversibles de son environnement.

Notre avenir est aussi bouché que celui des dinosaures ! Peut-on encore espérer que l’Homo sapiens acquière enfin la sagesse dont il se rengorge, alors que toutes les grandes questions (pollutions, saccages des terres et des mers, climats, nouveaux virus. ) sont négligées ou méprisées ? D’où vient cette folie suicidaire ? De ce que l’homme est un grand singe égoïste. Il obéit à trois pulsions : sexuelle, territoriale et hiérarchique.

Sa soif de domination le pousse à tous les crimes, y compris contre lui-même. Guerre nucléaire, climats en folie, empoisonnement de l’air et de l’eau, nouvelles maladies. Tout cela sera très drôle. Et après ? Rien. La vie créera de nouvelles espèces jusqu’à ce que le Soleil brûle définitivement la planète, dans environ un milliard d’années.

Bonnes lectures !

glace maison vite faite sans sorbetière

 

La canicule suscite une envie de glaces : voilà une recette ultra-simple, rapide, végane, sans produits chimiques ni sucre en quantité excessive, à faire éventuellement avec les petits.
Pour 4 glaces, prenez :
– 2 bananes. Si elles sont bien mûres, inutile de rajouter du sucre en poudre, le sucre n’étant pas indispensable du tout à mon avis.
– 1 cuillerée à soupe rase de chocolat en poudre, si possible à forte teneur en cacao (j’aime bien la marque Fazer ögon)
Ecrasez bien les bananes ou passez-les au mixer. Rajoutez le cacao. Mélangez puis verser dans 4 petites tasses à café ou 4 petits verres de votre choix.
2 heures au congélateur suffiront pour obtenir vos glaces. Si vous attendez encore 1 heure ou 2, soit en tout 3-4 heures de congélation, la glace sera bien dure.

Un concert époustouflant

Em­ma­nuel Ceys­son, harppu

Jamais je n’avais entendu un récital entier de musique de harpe et ce fut magnifique : cet instrument est en général cantonné à la musique orchestrale du 19ème siècle, où il joue un rôle assez mineur. Le harpiste Emmanuel Cheysson est venu à Helsinki en décembre dernier donner un récital, disponible gratuitement en streaming.

A écouter au moins : Clair de Lune de Debussy. C’est le troisième morceau et il commence environ à la 14ème minute (éclairage bleu). Vous reconnaîtrez probablement la mélodie si émouvante …

Une surprise : de la musique contemporaine pour Harpe seule, de Marius Constant. Décoiffant et très beau. Intéressant de voir comment Emmanuel Cheysson obtient des sons inédits avec ce qui ressemble à un « bout de plastique plat  » qu’il fait coulisser sur les cordes de son instrument.

Et pour finir en beauté, la découverte d’une harpiste, compositrice et inventrice d’une méthode de harpe, prof de Lily Laskine, Henriette Renié. Il y a un siècle bien tassé, elle n’obtint pas le poste de professeur au Conservatoire de Paris, officiellement en raison de son catholicisme – la séparation de l’église et de l’état venait d’entrer en vigueur, officieusement parce qu’il était inenvisageable de confier un poste de cette envergure à une femme.

Atelier lecture le vendredi 12 février 2021

Bonjour à toutes et tous !

En cette période de relatif confinement, quoi de plus opportun que la découverte d’un univers magique, celui des recluses du Moyen-Age, restitué dans la langue d’aujourd’hui par l’enchanteresse Carole Martinez dans son roman « Du domaine des Murmures » paru en 2011.

En filigrane, il y sera question du peu de place laissé aux femmes au 12ème siècle, à la violence et à la spiritualité de cette époque lointaine. Mais avant tout, ce roman de 220 pages est palpitant, touchant, ébouriffant voire décoiffant.

Au programme également le polar de l’inénarrable et facétieuse chercheuse et auteure de polar Fred Vargas, « Quand sort la recluse », dont l’excellente adaptation pour la télévision, d’une durée de 3 heures, est probablement disponible sur YouTube.

À vendredi 12 février, 10 heures (UTC+02:00) !

Cliquez sur le lien pour participer à la réunion Zoom

mot de passe: murmures

Leave this field blank

Une envie d’art et de lumière

Envie d’art ? La visite privée de l’expo Turner du musée Jacquemart-André et de beaucoup d’autres merveilles est proposée sur la chaîne Youtube Le scribe accroupi : vous y serez initíés par des experts. Je vous recommande aussi les chroniques Louvre Ravioli sur l’art au Louvre : taper louvreravioli.fr.
Il nous faut de la beauté pour ne pas nous assoupir avec ce manque de lumière.

Jeu pour les 60 ans de Marie-Noëlle

Chères (ers) toutes (tous),

je voudrais vous inviter à un jeu sur zoom pour fêter ensemble mes 60 ans.

Je serais  contente si chaque participante (-ant) « amenait » soit une question sympa à poser à tous, soit une petit défi amusant à relever assez facilement en 3 minutes.  Chacune (-un) pourrait choisir de répondre ou non, bien sûr.

La question ou le défi n’ont pas besoin d’avoir quoi que ce soit à voir avec moi ou avec les anniversaires en général. Cela me ferait juste plaisir de découvrir vos idées et les réactions en chaîne qu’elles ne manqueront pas de susciter, l’objectif étant de passer un moment de convivialité ensemble.

Topic: Jeu pour l’anniversaire de Marie-Noëlle
Time: May 7, 2020 03:00 PM Helsinki

Join Zoom Meeting

 

 

Leave this field blank

 

La guerre au virus ne se fera pas les doigts dans le nez

La guerre au virus ne se fera pas les doigts dans le nez.

Décidément, cette épidémie nous oblige à acquérir de nouveaux talents, comme ne pas se toucher le visage : incroyable, le nombre de fois où, autrefois, nous nous caressions le menton ou les lèvres, nous nous grattions le nez, nous nous frottions les yeux, sans mentionner les gestes secrets de nos vies d’avant.
Tout cela est du passé.
Certes la peur du virus est toujours là, et tant mieux car elles nous motive pour nous protéger nous et toute l’humanité par la même occasion : nous en apprenons tous les jours sur la contamination par gouttelettes catapultées par la toux et les éternuements et susceptibles d’atterir traîtreusement sur les emballages de produits alimentaires. Sauf qu’en fait, des aérosols seraient émis même en parlant ou en respirant, et que ces particules flotteraient gentiment, se déplaçant au grès des courants d’air. De plus, la différence entre gouttelettes et aérosols datant des années 50 seraient dépassées …
Tout cela nous plonge dans un abîme d’incertitude quant à la suite des évènements, la recherche pour juguler cette épidémie n’en étant qu’à ses balbutiements.
D’où une nouvelle vertu que cette situation nous permet de découvrir : la patience, la résilience, la confiance en l’avenir, malgré tout. Nous apprenons petit à petit à supporter notre fragilité et à comprendre encore plus que jamais, dans le meilleur des cas, que l’amour de nos proches est notre univers, notre île, notre forteresse.
De plus, quel plaisir pour 50% des télétravailleurs (chiffre tiré d’un sondage finlandais parû hier) de pouvoir profiter de leur intérieur, peut-être aussi de leurs proches et d’user leurs vieux vêtements préférés … Plus besoin de se demander que porter le lendemain, de faire les magasins, d’aller chez sa coiffeuse … Au diable les apparences, cela valant aussi pour nos petits et nos ados.
Haro sur les spectacles ou les bd gratuits en ligne – par exemple le cirque du soleil, Dargaud éditeurs, les opéras du monde entier nous permettent d’oublier le Covid-19 : une vraie manne de merveilles.
Car il semblerait que l’art et la musique soient actuellement les meilleures sources d’évasion.
Nous avons dû fournir des quantités d’énergie incroyables pour nous adapter au confinement, nous construire de nouveaux repères : dans mon cas, j’ai même fini par renoncer à aller faire mes courses moi-même et ai maintenant recours à www.kauppahalli24.fi et à kauppa.foodmarketherkku.fi.
Pour moi, faire des vocalises, regarder un opéra tous les 3-4 jours et écouter de la musique sont les nouvelles échappées que je parviens à m’octroyer. Je n’arrive pas à lire de littérature ou à continuer à apprendre le russe, mes activités quotidiennes d’avant la crise du coronavirus.
Là aussi un changement sans doute temporaire s’est produit malgré moi et il semblerait qu’un tel phénomène concerne bon nombre d’entre nous.
Le jour où ce satané virus sera jugulé, que restera-t-il de bon de cette expérience partagée par toute l’humanité ? Et si nous en rêvions ….
Prenez-bien soin de vous et portez-vous bien.

Balade en bord de mer à Espoo mercredi 6 novembre

Bonjour,

mercredi, nous irons chercher la lumière au bord de la mer, de Haukilahti à Tapiola. A nous les rochers irisés, les plages et leurs résineux, l’horizon et les bateaux, les villas plus ou moins surprenantes et agréables à découvrir, de l’extérieur bien sûr. Nous profiterons du métro, du rantaraitti,  chemin littoral destiné aux piétons et aux cyclistes. Et si le vent souffle trop fort, nous pouvons nous replier un peu à l’abri dans de charmantes petites rues dont le quartier abonde …

Rendez-vous à la station de métro de Niittykumpu à 9h40, l’objectif étant d’arriver vers 12h15 à Tapiola, où la nouvelle extension du Centre Commercial et son jardin des restaurants propose des lounas de qualité pas chers , chez BistrOmat ou chez Madison.

Pensez à porter des chaussures anti-dérapantes, avec des semelles  à rainures suffisamment profondes si possible. En effet, les températures seront peut-être proches de zéro.

 

 

Leave this field blank

 

 

Balade dans le parc Central d’Espoo ce Vendredi

 

 

L’automne est arrivé : allons découvrir le parc central d’Espoo,  immense espace boisé de 880 ha,  jalonné de prairies et de larges chemins  se transformant en pistes de ski de fond en hiver. Nous y trouverons de superbes conifères, de magnifiques rochers de granit : de quoi se plonger dans une nature ressourçante, sécurisante et proche en voiture ou en métro …

Pour celles et ceux qui opteront pour les transports en commun, Sophie et moi vous  attendrons au métro de Matinkylä ou à l’entrée du parc située à Puolarmaari, Puolarmaari 3, ce vendredi 27 septembre.

La balade est accessible avec poussettes. Durée de la marche : 2h-2h30. Possibilité de déjeuner dans un des nombreux restaurants du centre commercial Iso Omena, à Matinkylä.

 

 

Leave this field blank

 

Films français en salles et sur Yle Teema cet automne

Les hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman d’après le roman de Yasmina Khadra.

L’actualité cinématographique française sera à l’honneur dans les salles cet automne, notamment grâce au festival Amour et Anarchie (Rakkaus et Anarkia) qui démarrera très bientôt, à savoir le 19 septembre et qui nous fera découvrir une sélection de 28 films français, dont 27 très récents, de 2019 ou de 2018. Vous trouverez la liste dans le site cinefinn.com, absolument génial.

Les cinéphiles francophones et francophiles seront donc gâtés pendant le festival, avec des valeurs sûres comme le dernier Ozon, Grâce à Dieu, Les hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman d’après Yasmina Khadra, Un amour impossible de Catherine Corsini avec Virginie Efira et le dernier Téchiné, L’adieu à la nuit.

Mais les opus de cinéastes comme Mikhaël Hers (Amanda), Justine Triet (Sibyl) ou la trilogie de Claire Denis me semblent très tentants également. Sans oublier tous les autres films, dont celui sur Jean-Paul Gautier  puisque Rakkaus et Anarkia a toujours tout bon.

Mais n’oublions pas les films français à visionner sur Yle Teema et à voir à la carte sur Yle Areena pour certains. Voici donc la liste publiée par l’Institut français :

Mercredi 25/09 à 22h Une saison en France, 2017
R: Mahamat-Saleh Haroun, A : Eric Ebouaney, Sandrine Bonnaire

Mercredi 13/11 à 22h Mon roi, 2015
R : Maïwenn, A : Emmanuelle Bercot, Vincent Cassel, Louis Garrel

”Kinoklassikko” – les classiques de cinéma tous les jeudis à 21h :
12/09 (125 ans de la naissance du cinéaste Jean Renoir 15.9.1894)
Une partie de campagne, 1936

La chienne, 1931 (12)
R : Jean Renoir, A : Michel Simon, Janie Marèse, Georges Flamand

14/11 Casque d’or, 1952 (12)
R : Jacques Becker, A : Simone Signoret, Serge Reggiani

21/11 Touchez pas au grisbi, 1954 (12)
R : Jacques Becker, A : Jean Gabin, Lino Ventura, Jeanne Moreau

05/12 Jeux interdits, 1952 (7)
R : René Clément, A : Brigitte Fossey, Georges Poujouly

06/12 Paris pieds nus, 2016 (S)
R et A : Fiona Gordon, Dominique Abel

26/12 L’argent de poche, 1976
R : François Truffaut

Le jour de projection sera précisé ultérieurement
L’étudiante et Monsieur Henri, 2015 (7)

R : Ivan Calbérac, A : Claude Brasseur, Guillaume de Tonquedec, Noémie Schmidt, Frédérique Bel