Café virtuel du 25 février

Nouvel arrivant dans la région d’Helsinki ou expatrié de longue date, vous êtes invité au prochain café virtuel des « francophones d’Helsinki » où chacun pourra discuter, échanger des informations ou tout simplement faire une pause entre ami(e)s. Ce « café » aura lieu via l’application Zoom :

 le jeudi 25 février à partir de 10h30, heure d’Helsinki

Pour participer à ce nouveau café virtuel, vous n’aurez qu’à cliquer jeudi 25 à 10h30 sur ce lien. Il vous mettra en relation vidéo directement avec nous ou vous invitera au préalable à installer l’application Zoom si ce n’est déjà fait.

Ce café est ouvert à tous, indiquez-nous seulement votre future présence en remplissant ce formulaire. À jeudi !

Du domaine des Murmures


Carole Martinez, enseignante de français en congé de maternité, commence en 2005 la rédaction de son premier roman « Le Cœur cousu », inspiré des histoires racontées par sa grand-mère. Publié en 2007 à  seulement 3000 exemplaires, le bouche-à-oreille des libraires le fera connaître. Il recevra trois prix, dont le prix Renaudot des lycéens.

Son deuxième roman « Du domaine des Murmures », nominé au Goncourt 2011 et qui obtiendra finalement le prix Goncourt des lycéens, était au programme du vendredi 12 février de l’atelier lecture des francophones d’Helsinki. Continuer la lecture de « Du domaine des Murmures »

Café virtuel du matin – 18 février

Le prochain café virtuel ou chacun pourra discuter, échanger des informations ou tout simplement faire une pause entre ami(e)s avant d’aller récupérer les enfants de l’école aura lieu via l’application Zoom :

 jeudi 18 février à partir de 11h, heure d’Helsinki

Pour participer à ce nouveau café virtuel du matin, vous n’aurez qu’à cliquer jeudi 18 sur ce lien qui vous invitera à installer l’application Zoom si ce n’est déjà fait.

Inscrivez vous préalablement ci-dessous. Ce café est ouvert à tous, nouveaux arrivants sur Helsinki ou anciens, même repartis sous d’autres horizons 😉

État de l’édition française en 2020

Un condensé de plusieurs articles d’E. Sutton parus sur idboox.com.

En 2019, environ 80 mille livres imprimés ont été déposés à la BnF dont 20 % en autoédition. Depuis 10 ans avec l’arrivée du « Kindle » et des services d’impression à la demande, le dépôt légal de l’autoédition a plus que doublé, et c’est sans compter les livres numériques non-imprimés et ceux des auteurs qui ne déposent pas leurs livres à la BnF ! 60% des livres reçus sont dans les catégories littérature et art, 21% en philosophie, histoire et sciences de l’homme, 10% en Droit, économie et politique et 9% en sciences et techniques. Les chiffres 2020 ne sont pas encore connus.

En 2020, malgré les confinements et la fermeture des librairies il n’y a pas eu d’effondrement des ventes de livres. La baisse par rapport à 2019 n’est que de 2% et cette estimation ne tient pas compte des ventes de livres numériques. D’après le Président du Syndicat national de l’édition, il y a une grande disparité. Le parascolaire fait +4%, la BD +6% et la littérature -0,4% alors que d’autres segments sont gravement touchés comme les guides de voyage qui ont baissé de 50%, résultat logique avec le confinement. Continuer la lecture de « État de l’édition française en 2020 »

Café virtuel du matin – 4 février

Vive la Chandeleur !

Les mesures sanitaires rendant impossible nos rencontres sympathiques des « cafés du matin », bon nombre d’entre nous ont resenti le besoin vital de continuer nos discussions régulières et décontractées.

La solution miracle, la création d’un café virtuel avec l’application Zoom ou chacun pourra discuter, échanger des informations ou tout simplement faire une pause entre ami(e)s avant d’aller récupérer les enfants de l’école.

Comme la Chandeleur est mardi prochain, profitez de l’occasion pour faire quelques crêpes que nous partagerons virtuellement :

 jeudi 4 février à partir de 11h, heure d’Helsinki

Pour participer à ce café du matin virtuel, vous n’aurez qu’à cliquer jeudi sur ce lien qui vous invitera à installer l’application Zoom si ce n’est déjà fait.

Inscrivez vous préalablement ci-dessous. Ce café est ouvert à tous, nouveaux arrivants sur Helsinki ou anciens, même repartis sous d’autres horizons 😉

HHhH, ce soir 24.01.21 sur France 2

« Himmlers Hirn heißt Heydrich » surnom donné par les SS à ce dernier. Le cerveau de Himmler s’appelle Heydrich.

Pour ceux qui n’ont pas encore lu « HHhH » de Laurent Binet et qui on accès à France 2 en Finlande, le film de Cédric Jimenez (2017) passe ce soir sur la chaine de la TNT à 21h05 heure française. C’est un thriller intense sur la vie de Reinhard Heydrich, monstre exterminateur nazi et sur l’engagement de jeunes résistants qui organisèrent son assassinat, l’opération Anthropoid, à Prague en mai 1942.

Institut Français de Finlande, Helsinki 11.05.2017 – de gauche à droite : Laurent Binet, écrivain; Jeannette Bougrab, directrice de l’Institut ; Serge Mostura, Ambassadeur de France en Finlande

En mai 2017, à l’Institut Français de Finlande, Laurent Binet avait présenté son roman « la septième fonction du langage » à l’occasion de sa traduction en finnois. Prix Fnac et Interallié 2015, ce roman est une quête policière qui agite tout la sphère politique et intellectuelle française à la recherche d’un texte disparu consacré à une mystérieuse septième fonction du langage.

Cette fonction donnerait le pouvoir à celui qui la possède de convaincre toute personne, quel que soit le propos déclaré. Et il semble que Mitterrand en aurait profité en 1981 😉

La présentation par l’auteur de son roman et son enthousiasme m’avait donné l’envie de le lire. Selon ses propos, son intention était comme dans son premier roman « HHhH », de mélanger la réalité et la fiction et de s’interroger sur les interactions produites. J’ai présenté ce livre à l’atelier lecture, en février 2018.

Pour « HHhH » publié en 2010, Laurent Binet a obtenu le prix Goncourt du premier roman, roman qui fera partie des livres majeurs de l’année 2012 pour le New York Times et qui sera adapté au cinéma en 2016.

Pour les inconditionnels de Laurent Binet, son dernier roman « Civilizations », paru chez Grasset en 2019 et qui a obtenu le Grand Prix du roman de l’Académie française, est disponible en numérique à 4,99€ à la boutique Kobo. Ce roman est une l’uchronie, à la manière du « Maître du Haut Château » de Philip K. Dick.

L’histoire se déroule sur plusieurs siècles et établit que les conquistadors espagnols n’ont jamais trouvé les Amériques. À l’inverse, l’empereur inca Atahualpa débarquera en Europe en 1531 et y assoira son pouvoir…

Acheté avant-hier, je n’ai pas encore commencé sa lecture 😉
À bientôt !

Arsène Lupin avec Omar Sy, un véritable hold-up

Photo 20minutes.fr – Netflix

La nouvelle série française sur Netflix devrait atteindre les 70 millions de vues d’ici fin janvier. Plus d’un tiers des abonnés dans le monde de cette entreprise de diffusion vidéo auront regardé « Arsène Lupin » un mois seulement après sa sortie.

Le plus extraordinaire c’est que la série TV boostent les ventes d’Arsène Lupin gentleman cambrioleur, une suite de romans de Maurice Leblanc écrits au début du XXe siècle autour de son personnage. En deux semaines, la totalité des exemplaires édités en Livre de Poche vendus habituellement sur l’année ont été achetés. Les éditions Hachette ont dû lancer plusieurs réimpressions et c’est plus de 60 000 exemplaires qui ont été mis en vente en janvier !

Arsène Lupin est moins connu mondialement que Sherlock Holmes et pied de nez à Arthur Conan Doyle, le personnage de ce détective anglo-saxon apparaît sous le nom de Herlock Sholmès dans plusieurs histoires de Maurice Leblanc.

Arsène Lupin a pris une grande place dans mes premières lectures post-enfance contrairement aux romans d’Arthur Conan Doyle dont j’avoue n’avoir lu que le Chien des Baskerville. J’ai dévoré par contre au fil de l’adolescence l’intégralité de l’œuvre de Maurice Leblanc, mon origine normande y a certainement contribué.

Du Havre, j’ai parcouru lors de nombreuses balades tous ces lieux que l’on retrouve dans les romans de Maurice Leblanc. Lui même natif de Rouen et habitant Étretat, cet éternel amoureux de la Seine-Inférieure – Seine-Maritme aujourd’hui – avait comme amis, Guy de Maupassant et Gustave Flaubert, tous deux haut-normands et chantres comme lui de cette belle région.

Je me souviens encore des balades à vélo puis en mobylette avec les amis du Lycée, pour aller à Étretat voir « l’Aiguille Creuse ». La montée vers Sainte-Adresse puis Octeville-sur-Mer où il fallait pédaler dur même avec le moteur, puis la longue traversée sur la falaise, très souvent ventée, avant l’arrivé au Tilleul, dernier village précédant la descente sur Étretat, une heure et demie plus tard.

L’Aiguille creuse et la Porte d’Aval, Étretat et son port sont dans l’anse derrière l’arche.

Et enfin l’arche, la Porte d’Aval et derrière, l’Aiguille. Nous étions Arsène Lupin, alias Louis Valméras ou Isodore Beautrelet le détective si ce n’est Herlock Sholmès ou encore l’inévitable et récurrent Ganimard, le flic de service..

Alors n’hésitez pas ! Plongez vous au cœur de la Normandie du début du XXe siècle et partagez les aventures de ce gentleman cambrioleur. Vingt-deux romans ou recueils de nouvelles – à l’exception de deux ouvrages posthumes – ont été publiés avant 1940 et sont donc libres de droits.

Vous pouvez les trouvez gratuitement sur internet au format epub, mobi ou pdf à lire sur liseuse, tablette ou téléphone. Et si vous préférez les livres papiers, ils sont accessibles à petits prix, du fait que ces œuvres sont dans le domaine public.

Bonne lecture !

Recette de pain rapide

En mars dernier, j’ai décidé de faire mon propre pain. Les quatre kilomètres qui me sépare du village et le confinement m’ont incité à redécouvrir une tradition ancestrale. Mais je n’avais pas envie d’y passer la journée 😉

J’ai cherché sur le net et testé diverses recettes pour finir par mettre au point celle que je vous présente ci-dessous. Le but était de réduire le temps passé réellement à la fabrication et avoir une réalisation la plus simple possible.

Après avoir testé différents moules, j’ai choisi les moules en silicone sans bisphénol qui supportent les fortes températures. Le démoulage du pain y est facile et le lavage des moules aussi. Bien vérifier la température limite d’utilisation et préférer ceux fabriqués en Allemagne, la règlementation y est plus stricte. Si les moules ne sont pas en silicone, il est indispensable de les beurrer ET de les fariner.

Farine bio, levure lyophilisée et sel de Guérande

La recette est donnée pour une dose unitaire de 125g de farine qui donne approximativement un pain de 200g. Il faut préférer la farine T55 à la farine pour pâtisserie T45 car elle contient plus de minéraux.

J’utilise personnellement de la farine bio T65 (blanche) ou de la T110 (semi complète) de blé et de seigle, pure ou en mélange. Le seigle est un peu moins panifiable que le blé. J’y ajoute parfois du son d’avoine bio. ATTENTION, l’avoine n’est quasiment pas panifiable, ne pas dépasser 20 % du total.

Ingrédients, base 125 g de farine
  • 125 g de farine.
  • 2,5 g de levure de boulangerie lyophilisée ou 6 g de levure fraîche.
  • 1,5 g de sucre en poudre.
  • 2,5 g de gros sel de Guérande (humide) ou 2 g de sel fin sec.
  • de 100 g à 120 g d’eau : plus il y a d’eau, plus le pain va lever mais plus la pâte sera collante et liquide au pétrissage.

En général j’utilise pour 4 pains bien levés :

  • 110 g d’eau et 125 g farine ⇒ 1,25 kg de farine (multiple 10) ⇒ 2,4 kg de pâte ⇒ 4 pâtons d’environ 600 g ⇒ 4 pains de 500 g
La levure fermente
Recette
  • L’eau doit être à 30°C.
  • Dans un récipient, bien mélanger la levure avec 1/2 volume de l’eau et le sucre et laisser reposer 15 minutes, le mélange fermente.
  • Dans un autre récipient ajouter le reste de l’eau et le sel et mélanger.
  • Dans le pétrin, bien mélanger les diverses farines si besoin. Faire un puits et ajouter les eaux avec levure et sel.
  • Pétrir pendant 5 minutes avec une grosse cuillère et à la main si nécessaire pour bien mélanger le tout, mais cela colle !
  • Répartir en parties égales la pâte dans les moules pour faire les pâtons.
Les pâtons dans les moules avant levage
Levage des pâtons
  • Mettre dans le lèchefrite du four un bol ou une assiette d’eau chaude.
  • Enfourner sur la plaque centrale les moules contenant les pâtons.
  • Chauffer le four 10 minutes sans préchauffage à 50°C puis attendre une heure. Recommencer l’opération si la pâte n’a pas encore doublé de volume.
Les pains sont cuits !
Cuisson
  • Sortir la plaque supportant les moules, laisser le bol dans le lèchefrite et préchauffer le four à 250°C.
  • Enfourner les moules et cuire pendant 30 à 35 minutes à 250°C. En fonction des fours, il est possible de réduire à 225°C au bout de 15 minutes si le pain s’avère trop cuit en surface.
  • Sortir du four et rapidement démouler les pains des moules pour que les pains « respirent ». Recouvrir d’un torchon le temps qu’ils refroidissent.

À déguster chaud sans modération 🙂

Avant la mise dans le sac à  congélation, pain à la farine blanche bio T65 seule.

Je fais en général quatre pains par fournée. J’en garde deux frais et je coupe en tranches les deux autres et les mets au congélateur. Une fois les deux premiers consommés, en fonction du besoin, je décongèle les tranches au grille-pain. Pain croustillant et non rassis garanti en permanence ! 🙂

Jeudi, on joue au Tarot

Jeudi soir nous avons repris nos soirées Tarot arrêtées au début de l’été. Nous avons joué douze parties et cela nous a redonné l’envie de poursuivre ces soirées cet automne.

Rejoignez-nous lors de la prochaine soirée du Jeudi 5 novembre et les jeudis suivants si vous aimez. Pour cela, créez votre compte gratuit sur la plateforme Board Game Arena et faites-nous connaitre votre identifiant (via les « commentaires » du formulaire de participation).

Rendez-vous donc jeudi à 20h30 ! 🙂

Inscrivez-vous dès que possible pour une meilleure organisation des tables de jeu, Merci !

 

 

 

Détail du programme de l’atelier lecture 2020 – 2021

La page du blog décrivant le programme de l’atelier lecture pour l’année 2020 – 2021 a été mise à jour.

Le lien est disponible dans le menu latéral droit du blog, à la rubrique « Les activités », « Programme de l’atelier lecture ».

Vendredi 2 octobre 2020 :

Molière, Le Misanthrope

Comédie de mœurs en cinq actes daté de 1666, Le Misanthrope est ainsi décrit par l’auteur dans sa préface : « Alceste, homme honnête et vertueux, mais exagérant l’honnêteté et la probité […] est épris de Célimène, jeune veuve de 20 ans, coquette et médisante. »

Mika Waltari, Sinouhé l’égyptien

Par amour pour une courtisane, le médecin égyptien Sinouhé s’est vendu comme esclave. Il va vivre une odyssée à mi-chemin des mythes et de la réalité.
Médecin, mais aussi espion du pharaon Aménophis IV, il ira de Thèbes à Babylone, et aussi chez les mystérieux Hittites et chez les Crétois soumis au Minotaure. Prodigieux roman d’aventures qui nous initie à la politique, à la religion et aux sciences du quatorzième siècle avant Jésus-Christ, le chef-d’œuvre du grand écrivain finlandais Mika Waltari invite aussi à réfléchir sur l’homme d’aujourd’hui, le plaisir, la liberté, le pouvoir, la violence, l’injustice et tout ce qui fait notre destin.

Vendredi 6 novembre 2020 :

Sawako Ariyoshi, Les dames de Kimoto

Elles sont trois, ces dames de la famille Kimoto, avec leurs amours, leurs passions, leurs drames qui nous racontent le destin de la femme japonaise de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui.
Toyono, la grand-mère, incarne la tradition, immuable, ancestrale ; Hana, figure centrale du roman, va se trouver déchirée entre le passé et ses aspirations personnelles avant de devoir affronter la génération montante en la personne de Fumio, sa fille, qui, après de violents conflits, saura prendre des temps anciens et des temps nouveaux ce qu’ils ont de meilleur.

Vendredi 11 décembre 2020 :

Pierre Magnan, Le sang des Atrides

Prix du Quai des Orfèvres 1978

Rue Prête-à-Partir, une nuit, un long cadavre vêtu d’un ensemble de sport bleu ciel orné d’un grand Gentiane en lettres jaunes attend, en leur barrant la route, les éboueurs de la ville de Digne. Jeannot Vial a été assassiné. Six mois plus tard, c’est au tour de Jules Payan. Même blessure à la tempe, provoquée par un galet. Peu de temps avant leur mort, les deux victimes étaient devenues adeptes du vélo et semblaient habitées d’un bonheur profond, mystérieux. Deux hommes beaux et jeunes. Il y aura une troisième victime, puis une quatrième : la vieille Adélaïde de Champclos, qui devait connaître l’assassin. Quant à celui-ci, il tue la nuit, s’est beaucoup exercé au lance-pierre, et il porte des vêtements et des chaussures de collégien d’autrefois. C’est bien sûr le commissaire Laviolette qui mène l’enquête.

Vendredi 15 janvier 2021 :

Kaouther Adimi, Nos richesses

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d’accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l’égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c’est aussi la sacrifier aux aléas de l’infortune. Et à ceux de l’Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n’éprouve qu’indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit à Paris. Nos richesses est son troisième roman, après L’Envers des autres (Prix de la vocation, 2011) et Des pierres dans ma poche (Seuil, 2016).

Vendredi 12 février 2021 :

Carole Martinez, Du domaine des murmures

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire «oui» : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe…
Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l’entraînera jusqu’en Terre sainte.
Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d’une sensualité prenante.

Fred Vargas, Quand sort la recluse

« – Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence.
– Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’Histoire naturelle.
– Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais
dans quelles brumes avez-vous perdu la vue?
– Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.
– Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ? »

Jeudi 19 mars 2021 :

Elif Shafak, Soufi, mon amour

Ella Rubinstein a en apparence tout pour être heureuse : une jolie maison dans le Massachusetts, trois beaux enfants, un chien fidèle. Mais, à l’aube de ses quarante ans, elle se demande si elle n’est pas passée à côté d’elle-même. Les infidélités de son mari ne sont plus un mystère et les cours de cuisine du jeudi ne suffisent plus à exalter sa vie monotone. Décidée à reprendre une activité professionnelle, elle est engagée comme lectrice par un agent littéraire. Sa première mission : rédiger une note sur un manuscrit signé Aziz Z. Zahara. Ce roman, qui retrace la rencontre entre le poète Rûmi et le plus célèbre derviche du monde musulman, Shams de Tabriz, va être une révélation pour Ella. Au fil des pages, elle découvre le soufisme, le refus des conventions et la splendeur de l’amour. Cette histoire se révèle être le miroir de la sienne. Aziz – comme Shams l’a fait pour Rûmi sept siècles auparavant – serait-il venu la libérer ?

Mardi 23 avril 2021 :

Tanguy Viel, Article 353 du code pénal

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d’être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l’ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.
Il faut dire que la tentation est grande d’investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. Encore faut-il qu’il soit construit.

Vendredi 28 mai 2021 :

D. Alexandre et L. Angevin, Google démocratie

L’Europe, pénalisée par ses lois bioéthiques, est ruinée par une crise économique sans précédent. L’Etat providence est en faillite. Aux Etats-Unis et en Chine, la croissance est boostée par la science, qui enfonce toutes les barrières morales. Les femmes programment l’ADN de leurs futurs bébés, la génétique rend l’immortalité possible, l’humain 2.0 est sur des rails… Tout commence le jour où, à grand renfort de théâtralisation médiatique, le fondateur de Google annonce l’avènement proche de la « singularité » : l’Intelligence Artificielle a tant appris de nous qu’elle devient sensible! Sensible au point de prendre en charge notre bonheur ? Google Démocratie nous plonge dans un futur proche, théâtre d’une guerre d’influence décisive pour l’avenir de l’humanité. Google a un plan. Et les moyens de le mettre en œuvre. Sa domination ne fait que commencer…