Atelier écriture (2) mardi 6 novembre

Besoin d’un petit coup de pouce pour vous lancer et écrire votre premier article sur le blog ? Ou peut-être juste besoin de quelques précisions sur le fonctionnement du blog ?

Ce second « atelier écriture » est fait pour vous ! … que vous ayez suivi le premier ou pas !

Un grand merci à Dorothée qui nous accueille chez elle au centre ville,

ce mardi 6 Novembre de 9 h 30 à 12 h

pour que nous puissions nous entrainer à écrire des articles. C’est à la portée de tout le monde, pas de stress (la preuve j’y arrive 😉 ) mais à plusieurs et avec quelques conseils pratiques, tout est plus simple 🙂

Pensez à apporter un ordinateur portable ou une tablette si vous pouvez. Et si vous avez en tête une idée d’article, vous pouvez déjà préparer un petit texte, des photos…

Ce superbe blog initié par Daniel sera d’autant plus vivant que chacun d’entre-nous sera en mesure de l’utiliser pleinement et de l’enrichir de nombreux articles 🙂

A mardi !

Les inscriptions sont closes.

Joies et désagréments d’automne-hiver …

Après le passage à l’heure d’hiver, nous voici revenus au temps « heureux » où l’on éprouve l’envie irrépressible de bâiller dès que le jour est tombé  …

Et dire que bientôt ce sera déjà à 4 heures qu’il fera « noir comme dans un sac », comme on dit en finnois.

De plus, il semblerait que dès 2021, nous resterons bloqués à l’heure d’hiver pour toujours, car c’est ce que souhaite une majorité de résidents finlandais.

Bref, comment faire pour rester éveillé, au sens propre et au sens figuré, durant cette période de « kaamos » relatif (manque de lumière), puisque cela ne se fait pas d’hiberner.

Bien sûr, on peut se gaver de douceurs, dormir plus longtemps, faire la fête, s’exposer consciencieusement à une lampe de luminothérapie pendant 30 minutes chaque matin.

Mais nombreux sont les psychologues pensant que le meilleur moyen de survie à cette période est de continuer à bouger, de faire de l’exercice physique (et mental), et de s’offrir régulièrement une bonne séance de rigolades avec ses copains et ses copines.

Pour la luminothérapie, plus encore que l’usage de lampes, il est bénéfique de s’exposer à la lumière extérieure du jour, aussi gris soit il. Car la perception que l’on en a de l’intérieur, ne rend pas justice au bien-être qu’elle apporte une fois que l’on a mis le nez dehors.

Pour ma part, je n’en attends pas moins et avec impatience le temps de l’Avent où les guirlandes led ou pas d’ailleurs, apparaîtront aux fenêtres … Quoi de plus romantique de découvrir son pâté de maison tout enluminé et comme transfiguré … Et les balades en pleine nuit avec une lampe sur le front, quelle aventure …

De plus, je viens de me découvrir un amour pour la douceur et le mystère enveloppant de ces journées de grisaille où je me sens comme protégée … et dispensée par exemple de trop vouloir ranger ou redécorer mon chez moi puisque « rien ne se voit » , les contrastes de couleurs s’amenuisant …

Finalement, pourquoi vouloir trop se battre mentalement contre cette période de repos forcé de la nature et contre l’effet somme toute bénéfique que cela a sur nous …

Après cet article d’humeur écrit pour m’exercer à me servir du blog, je me sens toute détendue et prête à vous retrouver nombreux, je l’espère, demain matin à Niittykumpu pour un bain d’oxygène, de lumière, de convivialité et de rires.

Balade à Espoo ce jeudi 1er novembre

Demain devrait être une belle journée, pas trop froide, sans pluie, et peut-être même quelques éclaircies 😉 Alors vite, sortons nous promener!

D’autant plus que Marie-Noëlle nous propose de continuer la découverte d’Espoo (suite de notre balade du 12 septembre), de Niittykumpu à Tapiola en passant par Westend.

Rivage d’Espoo

« Départ métro Niittykumpu retour par métro Tapiola.
Les magnifiques plages de Haukilahti, le parc de Toppelund et le bord de mer très chic de Westend ». Et si nous avons encore un peu de temps et d’énergie, un petit tour de Tapiola et/ou un lounas ensemble.

Possibilité de parking dans le centre commercial de Niittykumpu pour ceux qui souhaiteraient venir en voiture.

Rendez-vous donc demain !

Les inscriptions sont closes.

Munkkiniemi-Espoo et retour

Le parcours du vendredi 26 octobre 2018

Ambiance hiver ce vendredi matin au terminus du tram 4, rue Saunalahdentie à Munkkiniemi. La température ressentie est de 0° C au « Cap du Moine » – traduction littérale de Martti 🙂 . Ce cap forme avec l’île de Kuusisaari (L’île aux épicéas), l’île de Lehtisaari (l’île aux feuilles) et Otaniemi une baie maritime presque fermée, la « large baie » de Laajalahti.

Bord de mer à Munkkiniemenranta

Notre parcours va dans l’autre sens en longeant le bord de mer en direction du nord-ouest de la baie. En attendant les derniers retardataires, – dont je fais partie – notre guide Sylvie accompagnée de son fidèle compagnon Barbouille fait découvrir aux présents les curiosités architecturales du quartier. Nous nous retrouvons tous rue du Hollandais – Hollantilaisenkatu – aux maisons très typées Pays Bas.

La plage du bois de Lankiniemi, vue vers l’Ouest

C’est parti pour notre balade de 8 km. Le chemin du bord de mer longe la rue Munkkiniemenranta – la plage de Munkkiniemi – dont l’autre côté est composé de superbes villas. Vue imprenable sur l’un des spots des habitués du kitesurf – en été, ou en hiver sur la glace !

La plage de Lankiniemi, vue vers l’Est, avec au loin à gauche, les hautes cheminées de Salmisaari

Nous quittons la « civilisation urbaine » au bout de cette rue pour le bois de Lankiniemi qui borde la baie. Et là, c’est une autre ambiance, celle d’une nature qui semble préservée – si l’on ne cherche pas dans le lointain les hautes cheminées de la centrale électrique à charbon de Salmisaari 😉

La passerelle pour l’île de Tarvo

Découverte d’une passerelle qui permet d’accéder à l’île de Tarvo. Chaque fois que je prenais l’autoroute de Turku je me demandais où était l’accès aux passerelles qui sont les seuls liens réels à cette petite île, l’autoroute ne faisant que la traverser. Merci Sylvie 🙂

Les pensées qui se prennent pour des violettes

La balade continue, toujours avec une allure rapide – pour nous réchauffer 😉 – et nous n’hésitons pas à franchir tous les obstacles derrière notre cheftaine de balade ! (photos suite privée). Une petite pause quand même devant « les pensées qui se prennent pour des violettes », commentaire avisé de notre mentor 😉

La roselière à l’extrémité ouest de Tarvo avec vue sur la 2ème passerelle

Au bout de l’île la deuxième passerelle apparaît, parallèle comme la première à l’autoroute de Turku. Elle nous indique que nous sommes déjà à Espoo. La petite île de Tarvo est partagée en son milieu avec Helsinki que nous venons de quitter.

Espoo, nous voilà !

Atterrissage sur la terre ferme d’Espoo à Pellavaniemi. Deux cents mètres plus loin nous découvrons le sauna à fumée de Tarvaspää, la maison-atelier du peintre Akseli Gallen-Kallela.

Le sauna à fumée de Tarvaspää

Le musée Ateneum d’Helsinki possède un certain nombre de ses œuvres dont le fameux triptyque « La Légende d’Aïno ». C’est le premier de ses tableaux consacrés au Kalevala. Il fait partie de la collection permanente du musée. Après #metoo, ce tableau qui représente le harcèlement du vieux Väinämöinen sur la jeune Aïno dévêtue n’est pas sans faire réagir certain(e)s 😉

Tarvaspää, la maison-atelier du peintre Akseli Gallen-Kallela

Après un rapide regard pour admirer la vue à travers la fenêtre du café – l’annexe en bois du « chateau » de Gallen-Kallela – nous redescendons la petite colline jusqu’à la rue Gallen-Kallelantie que nous empruntons. Plus loin, le pont qui traverse l’autoroute nous permettra d’atteindre la campagne de l’autre côté, plus sympathique et surtout moins bruyante.

Vue du café de Tarvaspää

Mi-parcours et nous voici dans les bois, sur le trajet de retour en direction de Munkkivuori. Une piste d’entrainement de l’hippodrome de Vermo situé non loin de là longe et croise notre chemin forestier. Arrivé(e)s à ce pont, nous sommes déjà revenu(e)s sur la commune d’Helsinki.

Helsinki, le retour !

Le pont franchit un des bras de la Iso Huopalahti (la grande baie du feutre ?) située au nord de l’île de Tarvo que nous avons traversée à l’aller. Petite pause photo pour la compagnie, histoire d’immortaliser les magnifiques reflets des bouleaux sur ce bras de mer.

Miroir d’automne sur la Iso Huopalahti

Par des chemins toujours boisés, nous contournons Talinranta, une sorte d’excroissance citadine de Munkkivuori. C’est « un mini-village » entouré de verdure, au sud du golf d’Helsinki. Pour ceux et celles qui souhaiteraient y aller à partir du centre ville, c’est l’arrêt Muusantori, le plus extrême – mais pas le terminus – de la ligne de bus 18, à l’opposé de Eira.

Un chemin boisé, vers Talinranta

Évitement de Munkkivuori par le sud. Nous quittons la nature en passant sous l’autoroute et c’est le retour dans Munkkiniemi, à coté de la « Saga Palvelutalo Munkkiniemi », la fameuse maison de retraite des « Petits Vieux d’Helsinki ». Livre au programme de notre dernier atelier lecture qui confirme, comme le panneau l’indique : Danger, petits vieux ! 🙂

Les petits vieux d’Helsinki, DANGER !

Dispersion de notre groupe non loin de l’arrêt « Laajalahden aukio » du tram 4 sur Munkkiniemen Puistotie : « lounas » pour certaines, tram, bus ou voitures pour les autres. Huit kilomètres de découverte de nature maritime et forestière où en quelques pas nous avons oublié la proximité de la cité. Notre imagination nous a transporté pendant cette matinée à des lieues d’Helsinki, dans une forêt, dans un archipel ou au bord d’un lac.

Archipel ou bord de lac ?

Merci Sylvie pour cette superbe promenade !

La suite des photos nécessite d’être logué. Connectez-vous !

Sérum facial et anti-fatigue oculaire – atelier et traitement

Lavande&Linnea

Un grand merci Sophie pour tes encouragements très motivants!
J’ai la chance de m’essayer à la savonnerie artisanale pour un mois. J’ai réalisé mon premier savon hier…. verdict dans 8 semaines après séchage !! Et encore pleins de recettes dans lesquelles m’aventurer.

Ayant un studio à ma disposition pour encore un mois, j’en profite également pour proposer un atelier la semaine prochaine Jeudi 1er novembre de 19h à 20h30.

Il se présentera en deux temps :
Une phase de création d’un sérum pour le visage adapté au type de peau : 30 ml à base d’huiles végétales biologiques et d’huile essentielle. J’y expliquerai pourquoi les huiles végétales sont nos meilleurs outils cosmétiques.
Puis nous poursuivrons par une séance de relaxation avec un traitement à l’argile qui permettra de soulager profondément la fatigue oculaire. J’ai moi-même profité de cette technique lors d’un stage d’étude et ai été conquise par le profond repos ressenti à l’issue du soin !

L’atelier se tiendra à Jätkäsaari dans mon laboratoire expérimental ‍. Il sera animé en anglais, en finnois et en français selon la demande.

Tarif membre du site Les francophones d’Helsinki : 35€ par personne. (Tarif normal 40€)
L’atelier est limité à 6 participants.
Si vous souhaitez vous y inscrire, vous pouvez m’envoyer un message sur : lavandelinnea@gmail.com ou vous pouvez vous inscrire sur notre évènement facebook : Face serum and eye strain relief (workshop and treatment).

Bienvenue!
Avec toutes mes amitiés,
Vanessa.

Amos Rex, exposition teamLab

Place Lasipalatsi, concue par JKMM Architects

Le mécène Amos Anderson (1878-1961), propriétaire du journal Hufvudstadsbladet a fondé ce musée d’art qui porte son nom. Ses portes ont été ouvertes de 1965 à 2017, puis de nouveau à partir du 30 août de cette année, avec les nouvelles salles souterraines conçue par JKMM Architects.

L’envers du décor, dans le hall souterrain d’Amos-Rex, un jour de ciel bleu !

Amos Rex est le lieu de rencontre pour l’art et la culture urbaine. Il est composé maintenant des nouveaux espaces d’exposition souterrains et de l’ancien bâtiment « Lasipalatsi » datant de 1936 et du cinéma Bio Rex. Des événements animés sont également prévus sur la place « Lasipalatsi » qui est le toit des salles d’expositions souterraines. L’objectif du nouveau musée est de produire des expériences uniques et des rencontres surprenantes !

Massless, de teamLab

Le programme d’exposition du nouveau musée Amos Rex s’étendra des œuvres les plus récentes, souvent expérimentales, de l’art contemporain au Modernisme du XXe siècle et aux cultures anciennes. La collection permanente d’art post-impressionniste de Sigurd Frosterus y est également présentée. Nous n’avons pas eu le loisir de la voir mercredi 24 à cause de la grève nationale des agents de sécurité.

Le Vortex. Un des pilier de la grande salle drapé de « Particules légères »

La première exposition du nouveau musée Amos Rex, Massless, est réalisée par le collectif japonais teamLab, un groupe d’artistes multidisciplinaires d’environ 500 membres basé à Tokyo. L’objectif commun des artistes, des codeurs, des animateurs informatiques, des mathématiciens, des architectes, des graphistes et des écrivains est de « redéfinir la réalité » avec ses installations numériques immersives riches en couleurs et animées par la créativité des spectateurs-créateurs.

Graffiti Nature : Perdu, immergé et renaître

Il s’agit d’une exposition d’art interactive. Les visiteurs sont encouragés à interagir et à explorer les environs pour obtenir des résultats différents. Inspiré de l’art japonais pré-moderne, les œuvres numériques de teamLab combinent le graphisme de l’Orient et de l’Occident. Elles créent un nouvel espace permettant aux spectateurs devenus créateurs de s’abandonner au jeu, à la créativité, à la beauté, au mouvement, à la vie…

Enfant sur le dos d’une baleine..

L’exposition est parfaite pour les enfants… et les plus grands ! C’est une prouesse technique impressionnante qui n’est possible qu’avec la coopération d’Epson (sponsor), l’un des grands fabricants de projecteurs.. également japonais ! L’exposition se termine le 6 janvier 2019. C’est un véritable succès et la queue pour y accéder s’allonge de jours en jours !

L’escalier d’accès aux salles souterraines avec vue sur la place Lasipalatsi

Après une bonne demi-heure d’attente dans le froid sur le trottoir de Mannerheimintie, nous pénétrons enfin dans le musée au chaud. L’attente à l’intérieur est courte et nous empruntons l’escalier pour les salles souterraines. Après débarras de nos diverses couches de vêtements, le plafond du hall d’accueil nous montre la vision inversée d’une des excroissances rondes de la place « Lasipalatsi » et son ouverture vers le ciel, bleu ce mercredi !

Le « premier contact » avec teamLab se fait dans ce hall, avec une œuvre mouvante, dynamique et très esthétique, nommée Enso. Le terme Ensô signifie « cercle » en japonais et désigne le sujet le plus courant et le plus profond de la peinture d’inspiration zen, un cercle effectué d’un seul coup de pinceau. Il rappelle à Doro le langage graphique des extra-terrestres dans le film « Premier Contact » 🙂 de Denis Villeneuve. Les heptapodes, sorte de poulpes aliens, expulsent de leurs membres un liquide qui prend l’aspect d’un cercle composé de motifs et qui constitue leur langage. Ce n’est certainement pas le fruit du hasard 😉

Vagues noires

L’entrée en matière nous met l’eau à la bouche et nous sommes submergés par les vagues d’une mer vivante et en furie dans la première salle appelée « Vagues noires » ! Une tempête, avec des vagues qui s’entrechoquent, qui se croisent, qui se brisent sur des récifs imaginaires… Mais pas n’importe quelle mer ! Une mer graphique comme celle de la célèbre estampe japonaise « Sous la vague au large de Kanagawa » de Hokusai Katsushika. Whaouh !

Graphiti nature, les pas déclenchent l’éclosion de fleurs..

La 2ème salle, « Graffiti Nature : Perdu, immergé et renaître » c’est une salle multiple, celle de la création, de la vie, avec ses recoins et ses miroirs qui rappelle (un peu) certaines créations (statiques, elles) de l’artiste contemporaine japonaise Yayoi Kusama que nous avons vu l’année dernière au musée HAM. Il y avait beaucoup de monde et de scolaires dans cette salle-labyrinthe et nous avons eu du mal à percevoir, au début, qu’elle réagissait, tel un être vivant, à notre présence.

Création en direct !

C’est au retour, avec moins de monde et après avoir lu quelques explications, que nous ferons apparaître feuillages, fleurs, papillons et pleins d’animaux de toutes sortes, de la tarente à la baleine, oiseaux compris, dans des explosions de couleurs et de forme ! Le visiteur peut colorier divers animaux sur papier et les scanner, tel les crocodiles qui s’aventuraient entre nos pieds, et leurs nouvelles couleurs apparaissent alors dans la salle..

Le vortex

La 3ème salle semble gigantesque, paisible. C’est la salle du trou noir, le « Vortex de Particules Légères », qui aspire toute énergie. C’est la fin de l’univers coloré que l’on vient de créer dans la salle précédente. Il n’y a plus d’interaction, la voie est tracée, inéluctable, c’est la fin de la vie. On en profitera pour s’allonger sur des poufs prévus à cet effet, les yeux rivés vers ce destin inexorable.. (interprétation personnelle 😉 )

Allongés sur des poufs, nous méditons sur la queue pour accéder à la dernière salle…

Pour la dernière salle en cul-de-sac, il y a une longue queue pour y accéder et à la française nous doublerons odieusement une classe qui stationnait devant nos poufs ! Dans une salle-sas intermédiaire, le guide recommande aux épileptiques et aux personnes souffrant de migraine de faire demi-tour. Il explique qu’il y a beaucoup d’images en mouvement, d’effets de lumière et de sons.

La salle des corbeaux, les murs et le sol fusionnent

Le nom de la salle est : « Les corbeaux sont chassés et les corbeaux qui chassent sont destinés à être également chassés, l’espace transcendant ». Oops ! 🙂 Dans cette salle, nous (re)découvrons que l’œil peut facilement faire croire à une personne immobile qu’elle est en mouvement. Si vous avez un petit soucis d’équilibre, vous pouvez toujours vous asseoir 😉

Le jeux de la création

La durée de la visite est estimée à 45 minutes, nous y sommes resté le double. J’y retournerai avec plaisir avec les enfants. Nous étions mal placé dans la salle des corbeaux. Il faut être « près d’un espace désigné dans l’œuvre et la frontière entre le mur et le sol disparaît. L’espace réel se dissout et nous plongeons finalement dans l’œuvre et les lignes tracées par les corbeaux semblent en trois dimensions dans l’espace ».

Une exposition à ne pas rater, a voir et à revoir avant le 6 janvier 2019 !

Pour la suite des photos de la visite de l’exposition Massless, vous devez vous loguer. Connectez-vous !

In memoriam, Arto Paasilinna

Au retour, après un petit arrêt « tacos » au « Chalupa » du 9 Lönnrotinkatu, direction la librairie Werner & Jarl au 21 de cette même rue, pour y signer le livre d’or à la mémoire d’Arto Paasilinna. Vous pouvez y déposer vos commentaires et souvenirs jusqu’au 15 novembre.

Une info donnée hier par HelenaM. Elle a découvert récemment qu’il y avait un musée Mannerheim à Helsinki. Elle se charge d’aller voir si la visite en vaut la peine, il n’est ouvert que du vendredi au dimanche de 11h00 à 16h00. À suivre…

« Paris Etc. » sur Yle à partir du 24 octobre

En manque d’ambiance parisienne ?

La chaîne de télévision Yle Teema diffuse à partir du mercredi 24 octobre 20h, la série  » Paris etc.  » en français. Disponible aussi pendant un mois sur la plateforme en ligne Yle Areena.

C’est une série Canal + de 2017, réalisée par Zabou Breitman et écrite par Maïwenn. Je ne l’ai pas vue, donc difficile de la recommander… mais une série française sur une chaine finlandaise ça mérite d’être noté 😉

Synopsis de Allociné : Cinq femmes. Et Paris. Cinq façons d’être, de pleurer, de hurler de rire, de rater le bus, de serrer les dents, de jouir, de ne pas jouir, de boire trop, de grandir, de résister, de faire un enfant ou pas, de ne pas vouloir rentrer chez soi… Cinq façons d’aimer. Cinq héroïnes du quotidien qui traversent Paris, depuis la rentrée des classes jusqu’aux vacances de Noël.

Musée Amos Rex mercredi 24 octobre

Bonjour à tous,

J’espère que vous avez fait le plein de lumière et de vitamine D la semaine dernière 😉 Une vraie météo d’automne ces jour-ci… La fin de la semaine devrait être plus sympa, on en profitera pour se balader vers Munkkiniemi (article à venir sous peu).

Et d’ici là, une petite sortie à l’abri pour ceux qui souhaitent découvrir (ou redécouvrir) le musée Amos Rex. Il ne s’agit pas d’une visite guidée, juste l’occasion d’y aller ensemble 🙂

Musée Amos Rex – Article en français

Rendez-vous donc ce mercredi 24 octobre à 11h, devant l’entrée du musée.

Entrée gratuite si vous avez la carte musée, sinon entrée à 18€… ou l’occasion d’acheter la carte musée sur place pour 68€.

Les inscriptions sont closes.

 

Maisons de retraite

La Saga Palvelutalo Munkkiniemi, la maison de retraite des « Petits vieux d’Helsinki »

Suite à l’Atelier Lecture du 12 Octobre et à la lecture « Des Petits Vieux d’Helsinki font le mur », voici le lien d’une vidéo sur les Maisons de retraite en France :

Envoyé spécial. Maisons de retraite : derrière la façade – 20 septembre 2018 (France 2)