Sibelius, Halonen et Kivi, le retour !

Après la superbe « balade découverte » de mercredi dernier, je suis retourné à Tuusulanjärvi avec mes enfants franco-finlandais pour leur faire découvrir une partie de leur patrimoine culturel, celle du romantisme national finlandais et de la Fennomanie.

Re-visite de la maison du compositeur Johan Sibelius et Argh ! malgré ma Museokortti, c’était payant 2€ par enfant, une incohérence par rapport à la gratuité dans la plupart des musées d’Helsinki. Au Diable l’avarice, la culture pour les enfants n’a pas de prix ! 😉

Le sauna des Halonen un jour ensoleillé !

Re-visite de la maison du peintre Pekka Halonen, 2€ pour les enfants ici aussi, mais dimanche 23 septembre c’était l’anniversaire de la naissance du peintre (1865). Chance, toutes les visites étaient gratuites, café, gâteaux et jus pour les enfants offerts, avec en plus, un super soleil 😉

Sur la terrasse du sauna nous avons dégusté café, jus et gâteaux et je me suis dit que les arbres qui me cachaient un peu la vue du lac Tuusulanjärvi ne devaient pas être là à l’époque du peintre..  Confirmation avec cette photo d’archive trouvée sur le net.

Vue du lac Tuusulanjärvi l’hiver. Photo de famille de P. Halonen

Re-visite de la maison où est mort Aleksis Kivi, le père de la littérature finlandaise, l’auteur du roman « Les Sept Frères ». Et là, re-chance, la porte était ouverte et un guide nous attendait. Tervetuloa !

La cabane au fond des bois du frère d’Alexis Kivi

Guide sympa et prolixe sur la vie de l’écrivain, mon fils traduisait, ouf, car il n’y avait pas d’explications (écrites) en français contrairement aux deux premiers musées. La solitude d’une fin de dimanche après midi sans beaucoup de visiteurs ou la joie d’expliquer à de jeunes enfants finlandais la réalité de la fin de la vie d’Aleksis Kivi, peu importe, c’était super !

Dans la cuisine-salle à manger, vue vers la chambre

Si je résume les explications données que l’on ne trouve pas complètement sur le Wikipedia français, Aleksis Stenvall qui avait pris un nom finnois comme tous les membres du Mouvement Fennomane et rédigé en finnois du sud-ouest son roman « Les Sept Frères » avait été descendu par August Ahlqvist, réformateur et docteur en langue finnoise, adepte du finnois du nord-est et important critique littéraire.

Mobilier d’époque mais non d’origine

Il assassine complètement le livre, un « déshonneur pour la littérature finlandaise » mais reproche surtout la description par Aleksis Kivi d’une vie rurale peu vertueuse, trop éloignée de la vision idéalisée du romantisme national fennomane, celle décrite par Johan Ludvig Runeberg.

À cause de ces critiques, il ne sera publié que trois an plus tard et bien qu’il soit le premier lauréat du Prix National de Littérature en 1865, le mauvais accueil de ses livres le pousse dans une spirale alcoolique fatale. Il meurt chez son frère à l’age de 38 ans, le 31 décembre 1872, après un séjour à hôpital psychiatrique d’Helsinki.

La cheminée et chauffage de la cabane

Mais si vous avez lu « La Faim Blanche » d’Aki ollikainen, qui était au programme de l’Atelier Lecture, la saison 2017-2018 dernière, vous savez que la Grande Famine qui a touché la Finlande de 1866 à 1868 à fait 270 000 morts en 3 ans. Nous sommes en plein dans cette période.

La commune ne voulait plus payer les frais d’hospitalisation d’Aleksis Kivi qui était indigent. Elle s’est débarrassé de lui en le « vendant » à son frère pour quelques tonneaux de nourriture, l’été 1872, si la traduction de mon fils est fiable 😉

La chambre à coucher pour 3 adultes et 3 enfants. commode la commode !

Et c’est dans cette cabane composée de 2 petites pièces dans laquelle vivait déjà son frère avec sa femme et ses 3 enfants que va s’installer Aleksis Kivi. Il y mourra quelques mois plus tard. Le guide nous expliquera qu’un des enfants dormait dans le tiroir du bas de la commode !

Le poêle, commode et placard-étagère d’origine

C’est après sa mort que la qualité de ses œuvres sera reconnue. Son réalisme dans sa prose est innovateur et sera/est un modèle pour de nombreux écrivains finlandais. La responsabilité d’August Ahlqvist sur la spirale fatale d’alcoolisme-folie de Kivi a été établie depuis.

Le roman « Les Sept Frères » n’est malheureusement pas réimprimé en français mais disponible sur Helmet.fi. Une prochaine proposition pour l’Atelier Lecture ? 🙂

 

3 réflexions sur « Sibelius, Halonen et Kivi, le retour ! »

  1. Merci Daniel pour cet instructif complément d’information (et à ton fils pour la traduction ! (On voit beaucoup mieux que par la fenêtre ;-))

  2. Merci Daniel pour cette seconde visite guidée et commentée ,
    Quelle superbe idée tu as eu!!!!

Les commentaires sont fermés.